Françoise Vernalde interroge l'exécutif sur les intentions de Schaeffler à Calais

104 vues
Monsieur le Président,

Notre question porte sur la subvention de 600 000 que la Région va accorder pour aider l’entreprise Schaeffler, à Calais, à déménager dans des locaux plus grands.

En contrepartie, Schaeffler s’engagerait à conserver les 270 salariés en CDI et à en recruter 50 autres.

Sur le papier, l’accord parait donc intéressant mais il s’avère que l’engagement de Schaeffler n’est pas ferme et que l’entreprise était encore récemment proche de la faillite en raison d’une politique d’acquisition avec des montages financiers risqués.

Il y a donc un risque certain que Schaeffler empoche la subvention et ne respecte pas ensuite ses engagements, d’autant que cette entreprise semble exercer un chantage à la délocalisation.

Notre question est donc la suivante : l’Exécutif régional compte-t-il exiger des garanties à Schaeffler, afin que l’aide attribuée ne soit pas donnée en pure perte. Nous pensons notamment à une clause de remboursement, assortie elle-même d’une clause de pénalité, si l’entreprise ne respectait pas ses engagements.