La véritable histoire de la guerre des boutons - Teaser

ANTHONY DAHER
0
67 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le 11 novembre de l’année…
P’tit Gibus n’est pas mort, il s’appelle François Gibier et a 103 ans.
Le jour de l’armistice, il est pressé de raconter la guerre telle qu’il l’a vécue.
Le vieillard mêle alors les souvenirs de la guerre et ceux de son enfance.
Son récit va provoquer de joyeux remous puisque le maire qui préside la
célébration n’est autre que le propre descendant et petit-fils du traître Bacaillé.
Quelle sera la surprise des plus jeunes lorsqu’ils entendront un respectable et
pittoresque vieillard leur égrener son chapelet de gauloiseries.
Les refrains sont entraînants, vite mémorisés et les plus jeunes reprendront en
chœur ses chansons. Arrières grands-parents, grands-parents, parents et
enfants se retrouvent autour du même texte lu et raconté à plusieurs générations.
Après les faits de bravoure langagière, les provocations, les invectives quasi
homériques ou celtes, du célèbre « Couille molle! » que toutes les générations
ont repris, jusqu'au célébrissime « Si j'aurais su, j'aurais pas v'nu », tout cela
vous le retrouverez aussi dans… « La Véritable Histoire de la Guerre des Boutons ».

0 commentaire