Advertising Console

    Good bye Alain, Hat the artist !

    Reposter
    177 vues
    Nous fêtons aujourd'hui le départ en retraite des PTT d'Alain CROCE, mais cela ne doit pas nous faire oublier qui est Alain...

    Alain est avant tout le philosophe marseillais méconnu du syndicalisme de "Lutte et de Classe" des temps modernes. Sa vie professionnelle, syndicale et politique, ne fait qu'un, c'est un adepte des longues luttes de 1974 à 2011, en passant par 1995 et d'autres dates.

    Alain Croce est un inspiré de l'actualité et des événements politiques et sociaux de la vie de tous les jours, au style concis et aux formules frappantes. Cette forme est appréciée de ses camarades de travail et elle a pu ainsi aider au rassemblement du plus grand nombre avec la CGT et pour ainsi gagner sur leurs revendications !

    Une étude approfondie de son œuvre pratique mais néanmoins philosophique, sociale et politique reste à faire de ce penseur-acteur que certains qualifient de Marxien alors qu'il est un Marxiste de "L'Humain d'Abord"...

    Il s'inspira de Benoit Frachon, Georges Séguy, Henri Krasucki et Georges Frischmann, mais il se réclama avant tout de Gracchus Babeuf, qui fut sa première révélation philosophie, à l'Université de Courcelles. Il n'oublie jamais celui qu'il appelle « le seul Grand Homme que j'aie jamais connu », et dont la rencontre fut pour Alain aussi décisive que celle de Platon avec Socrate : « Parmi les attributs de Dieu, il avait la majesté. […] Ses yeux perçants traversaient nos cœurs et nous nous sentions indignes. L'admiration allait d'abord à ce caractère, évidemment inflexible, inattentif aux flatteries, aux précautions, aux intrigues, comme si la justice lui était due. »

    Le but de sa philosophie est d'apprendre à réfléchir et à penser rationnellement en évitant les préjugés. Humanité cartésien version Communiste, il est un « éveilleur d'esprit », passionné de liberté, qui ne propose pas un système ou une école philosophique mais apprend à se méfier des idées toutes faites. Pour lui, la capacité de jugement que donne la perception doit être en prise directe avec la réalité du monde et non bâtie à partir d'un système théorique.

    Good Bye Alain, ... et bonne retraite sur le territoire "métropolitain" de Gignac la Nerthe ...