Conflit et pauvreté dans le monde

Josepha Coccinelle
57
166 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Certes, en dix ans, le nombre de conflits armés dans le monde a diminué, mais ce qui caractérise ces conflits, c'est que les principales victimes en sont les populations civiles. Le nouveau rapport de la Banque mondiale, « Perspectives pour l’économie mondiale 2010. 2011 : crise, financements et croissance », indique que la crise a entraîné une augmentation préoccupante de l’extrême pauvreté : d’ici la fin 2011, en effet, celle-ci devrait concerner 64 millions de personnes de plus que si la crise n’avait pas eu lieu. « L’augmentation de la pauvreté a de fortes implications pour les gouvernements des pays pauvres, qui sont confrontés à une baisse de revenus au moment où ils sont justement le plus sollicités », déclare Andrew Burns, le principal auteur du rapport. « Juste au moment où un effort accru est nécessaire pour protéger les plus vulnérables, certains gouvernements pourraient être contraints de revoir à la baisse les programmes existants. » Selon Justin Lin, l’Économiste en chef et Premier vice-président de la Banque chargé de l’économie du développement, les pays les plus pauvres (ceux qui sont tributaires de dons ou de prêts subventionnés) pourraient avoir besoin de financements supplémentaires situés entre 35 et 50 milliards de dollars rien que pour maintenir leurs programmes d’avant la crise. Le tragique coût humain de la crise financière se fait déjà cruellement sentir. Les chercheurs Jed Friedman et Norbert Schady estiment, par exemple, qu’en 2009, à cause de la crise, entre 30 000 et 50 000 enfants supplémentaires sont morts du fait de la malnutrition en Afrique.

0 commentaire