Advertising Console

    Jean Ferrat-Ma France

    Repost
    Aldebaran333

    par Aldebaran333

    127
    3 490 vues
    De toutes les chansons écrites par Jean Ferrat, « Ma France » extraite de son album de 1969 est sans doute une de ses plus belles
    Sur une musique ou se découvre encore une fois tout son lyrisme, Ferrat nous présente une sorte de fresque de la France et de ses valeurs auxquelles il est attaché : d'abord les paysages puis son histoire de la révolution jusqu'en Mai 68 en passant par les artistes qui l'ont façonnée
    Une chanson qui fut à sa sortie interdite d'antenne entrainant son boycott des plateaux de TV car elle s'oppose au régime gaullien alors encore au pouvoir Ce n'est qu'en 71 que la censure fut levée par Yves Mourousi qui diffusa un extrait de « Ma France »

    De plaines en forêts de vallons en collines
    Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
    De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
    Je n'en finirai pas d'écrire ta chanson
    Ma France

    Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
    Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
    Quelque chose dans l'air a cette transparence
    Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
    Ma France

    Cet air de liberté au-delà des frontières
    Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
    Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
    Elle répond toujours du nom de Robespierre
    Ma France

    Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
    Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
    Celle qui construisit de ses mains vos usines
    Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
    Ma France

    Picasso tient le monde au bout de sa palette
    Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
    Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
    De dire qu'il est temps que le malheur succombe
    Ma France

    Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
    Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
    En remplissant l'histoire et ses fosses communes
    Que je chante à jamais celle des travailleurs
    Ma France

    Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
    Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
    Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
    A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
    Ma France

    Qu'elle monte des mines descende des collines
    Celle qui chante en moi la belle la rebelle
    Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
    Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
    Ma France