AGDE - EVRY - Le contrôleur général Jean-Claude BOREL GARIN a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur

HERAULT TRIBUNE
249
2 103 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Celui qui fut le premier Commissaire de Police d'Agde en 1983 a été fait Chevalier de la Légion d'honneur le 9 Mai à EVRY.

Fils d'ouvrier, Jean-Claude BOREL GARIN débute sa carriére en 1974 à Grenoble, Jeune Inspecteur de Police, il est amené à s'occuper de l'affaire " Matencio " ou encore de la célèbre affaire de proxénétisme aggravée dite des « filles de Grenoble ».

En 1978, il est inspecteur Principal puis décide en 1979 de se présenter au concours de commissaire de police.
Après une année à l'école des commissaires de St Cyr au Mont d'Or et une année de stage au sein de la Police grenobloise, son rang de sortie lui permet de postuler pour une ville active du Sud Ouest :
Il sera nommé chef de la circonscription de sécurité publique d'Agde.
Il dirige alors 55 fonctionnaires et une trentaine supplémentaire durant la saison estivale.

Pendant 7 ans, fort de son expérience d'Inspecteur de Police,sa réputation est allée de pair avec la régression de la délinquance sur Agde. Surnommé le " Shérif " avec 3 puis 5 inspecteurs dont son complice l'inspecteur Jacques LEVEQUE, il assura la sécurité de notre commune qui même en dehors de l'été attirait dans ses 24 discothèques toute la jeunesse de la région.
Durant ces années passées en Ville d'Agde, il aura résolu les 11 crimes de sang perpétrés sur la ville, arrêté de nombreux trafiquants de drogues et réalisé des saisies très importantes de produits stupéfiants.

Miraculé, il le fut également au Cap d'Agde lors d'une tentative d’assassinat dont il a été victime par un repris de justice yougoslave qui n’avait pas digéré les trois années d’emprisonnement qui lui avaient été infligées à la suite d’une procédure qu'il avait établie.
L'auteur " bénéficia "ainsi de sept années supplémentaires pour avoir tiré à bout touchant sur sa tempe une balle qui bien que percutée n'a miraculeusement pas explosé.
Au Cap d'Agde également, c'est Jean-Claude BOREL GARIN qui identifie puis arrête un commerçant du Cap d'Agde ( alors Patron du bar " Les Chiméres ) qui avait commandité l'assassinat de son épouse en engageant des tueurs danois aux Etats Unis dans la revue « Soldiers of fortune ».
La victime n'a dû son salut qu'à la rupture du cordon en cuir utilisé par son agresseur pour l'étrangler. La veille de cette tentative d'assassinat le mari criminel s'était forgé un alibi en emmenant sa fille dans une salle de cinéma voir le film d'Hitchkock « Le crime était presque parfait ».

Policier de terrain, alliant la psychologie et l'efficacité, il est, et de loin, le policier ayant obtenu les meilleurs résultats sur Agde de 1983 à 1989. La légende et le parcours qui s'ensuivit fut exemplaire.

En poste successivement à Versailles puis au RAID où il a géré la médiatique affaire " HUMAN BOMB " de la maternelle de Neuilly qui avait pendant 46 h tenu la France en haleine.
Pendant 4 ans au RAID il a mené une vie rythmée par l'entrainement physique quotidien, les alertes et les interventions.
Il participe à l'arrestation de de plusieurs dirigeants de l'ETA au pays Basque , à celle d'un commando du FLNC puissamment armé, venu plastiquer le golf de Spérone. Il participe à des missions d'audit à l'étranger : En Tchéquie , en Hongrie, en Algérie où il est allé présenter en 1994 le dispositif français de lutte contre le terrorisme, au Maroc, pour former l'unité d'intervention marocaine, ou encore Malaisie à Kuala Lumpur.
Médaillé et récompensé dans l'ordre National du Mérite par Charles PASQUA alors ministre de l'intérieur, il est également décoré de la médaille d'honneur de la police nationale pour un acte de courage à l'occasion d'une prise d'otage dans une prison.
Il fut ensuite patron de la Police de la Nouvelle Calédonie , l'île est encore marquée par les évènements d'Ouvéa, une méfiance réciproque des mélanésiens « les kanaks » et des européens les « Caldoches ». Durant les 3 ans qu'a duré son séjour, plus l'échéance des accords de Nouméa approchait et plus les mouvements sociaux se développaient. La dernière année il mène des opérations de maintien de l'ordre d'envergure pour lever les blocages d'entreprises organisés par les dockers.
En 1998 il rentre en Métropole pour pour promouvoir le développement des adjoints de sécurité et des contrats locaux de sécurité.

Lire la suite : http://www.herault-tribune.com/articles/12772/le-controleur-general-jean-claude-borel-garin-a-ete-fait-chevalier-de-la-legion-d-honneur/

0 commentaire