Advertising Console

    Festival d'Ile de France - L'Affiche Rouge, Le Fort du Trou d'Enfer, 16 sept 2012

    Reposter
    festivalidf

    par festivalidf

    16
    321 vues
    http://www.festival-idf.fr/2012/fiche-concert.php?concert=9
    L'Affiche Rouge - concert lecture
    Création de Sylvain Kassap, clarinette - Jerôme Imard, lecture
    Tourné au Lumix GH2 dimanche 16 septembre 2012 à 16h, Fort du Trou d'Enfer, Forêt domaniale de Marly
    L'Affiche Rouge sera également vendredi 5 octobre 2012 à 20h45, Le Comptoir, Fontenay-sous-Bois
    Musique improvisée et compositions originales.

    Diasporas en résistance : à travers une pluralité de sources (lettres, extraits de presse....), retour sur l'histoire du réseau Manouchian
    Textes adaptés par Eudes Labrusse

    Le réseau Manouchian était constitué de 23 résistants communistes, dont 20 étrangers. Dirigés par un Arménien, Missak Manouchian, ces derniers faisaient partie des "Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée".

    Sur les murs des grandes villes de France, la propagande allemande placarde "l'Affiche rouge", exhibant les visages de dix hommes sur fond rouge sang, annonçant ainsi l'exécution de dix résistants parmi les vingt-trois qui allaient être condamnés à mort et fusillés, au mont Valérien le 21 février 1944. Ces hommes appartenaient au "groupe Manouchian". Tous étaient membres des Francs-tireurs et de la M.O.I (Main-d'œuvre immigrée), destinés à rassembler les communistes étrangers vivant et militant en France et les travailleurs immigrés venus pourvoir au manque de main-d'œuvre française : Juifs nombreux en région parisienne, Italiens dans le Sud et l'Est, Espagnols dans le Sud-Ouest. Nombre d'entre eux, habités d'un sentiment antifasciste, rejoignirent l'armée française, d'autres la Résistance. L'affiche rouge, le magnifique poème d'Aragon que Léo Ferré mettra en musique, a été l'un des premiers grands hommages au groupe Manouchian. Quelques autres suivirent. Cependant, durant la guerre froide en France, leur histoire fut longtemps méconnue, voire volontairement tue, en raison d'intérêts politiques divers. C'est Jérôme Imard, metteur en scène, comédien, codirecteur du Théâtre du Mantois et artiste associé à La Nacelle -- Scène conventionnée pour les écritures contemporaines d'Aubergenville, qui sera le lecteur. Philosophe de formation, il ne pouvait qu'être questionné par cet épisode de l'Histoire, lumineux par le courage de ses résistants et sombre par la complexité des questions qu'il nous pose. Sylvain Kassap, en sera le "miroir" musical, jouant de liberté et d'audace, deux caractéristiques de son propre parcours musical en tant que clarinettiste, compositeur et créateur de l'Ensemble Laborintus dédié à la création. Soliste reconnu, il aime le jeu et l'engagement collectif comme il l'a souvent et brillamment prouvé avec ses aventures dans le monde du jazz, de la musique contemporaine, des musiques électroniques du théâtre et de la danse.