Advertising Console

    Dis-moi quelque chose - version 2 - couple 2 - Extrait

    Repost
    Compagnie du moment

    par Compagnie du moment

    1
    628 vues
    Dis-moi quelque chose
    Création collective
    Mise en scène – Anne Cornu et Vincent Rouche
    Jeu – le 1er couple – Boris Aletchenkoff, Catherine Vuillez
    Jeu – le 2e couple – Eric Lyonnet, Delphine Veggiotti
    Lumières – Emmanuelle Phelippeau-Viallard
    Co-production compagnie du moment, Théâtre de Saint-Maur-des-Fossés
    Avec le soutien du Conseil Général du Val-de-Marne et l’aide de la SPEDIDAM
    Film
    Réalisation : Jenny Teng
    Montage : William Laboury

    C'est en 2009 sur une proposition de la SACD et du Festival d'Avignon, que l'esquisse de cette création a vu le jour, dans le cadre des « Sujets à Vif ».
    « Dis-moi quelque chose propose deux clowns, Catherine Vuillez, Gracile et musicale, Boris Alestchenkoff, long et lunaire, comme il convient … et nos deux clowns sont épatants. »
    Avignon, la journée d'une marcheuse... Par Armelle Héliot le 23 juillet 2009

    C'est en 2011 que le théâtre de Saint-Maur à ouvert ses portes pour une résidence qui a permis de finaliser l'esquisse en une création et le duo est devenu un quatuor.
    1 e couple
    Quand Bartok rencontre ici Géraldine, elle a déjà « rendez-vous ». Avec un autre. Devenu confident malgré lui il assiste aux affres de l'attente et découvre, interdit, cet étrange état d'être que l'on nomme Amoureux. Mais désormais instruit... restera-t-il à l'abri des flèches ?
    « … L'amoureux en proie à ses figures, se démène dans un sport un peu fou, il se dépense comme un athlète… »
    « Une figure se reconnaît si quelqu'un peut dire : Comme c'est vrai ça ! »
    Roland Barthes.
    2e couple
    Fleur et Polo n'ont pas rendez-vous. Ni ici ni ailleurs. Mais c'est ici qu'ils découvrent que l'on peut s'entendre, s'accorder s'accompagner, se suivre : dans la musique.
    Ensemble, il jouent, précédés, sans être soumis à la question... du 2.
    « ...entre l'effet produit par le mot et celui produit par la musique… une distinction : le mot introduit ce qui doit être et le son agit tout autrement... il introduit à une énigmatique certitude sur ce qui est, l'existant. »
    Alain Didier-Weill.