Festival d'Ile de France L'Echo du Bosphore 22 septembre 2012

festivalidf
14
190 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
http://www.festival-idf.fr/2012/fiche-concert.php?concert=11
L'Echo du Bosphore - Dialogue entre Orient et Occident
22 septembre 2012 Eglise de Saint-Sulpice-de-Favières (91)

Distribution : Ensemble Doulce Memoire - Ensemble Kudsi Erguner - Dir. Denis Raisin Dadre

La Porte de Félicité, dialogue entre Orient et Occident Œuvres de Guillaume Dufay, Gilles Binchois...
Musique ottomane du XVe siècle sur des poésies soufies de Mehmet II, Abdulkader Meraghi...

A l’occasion de la sortie du disque ‘Porte de Félicité’, les ensembles Doulce Memoire et Kudsi Erguner font dialoguer Orient et Occident.

La chute de Constantinople en 1453 aurait pu n'être qu'échos de guerre et de mort. Pourtant, la chute de l'Empire byzantin ouvrit grandes les portes à l'avènement de la civilisation ottomane et de la Renaissance, ainsi qu'aux échanges et circulations des hommes et des arts au premier rang desquels la musique. Les mouvements se firent, avec plus ou moins de bonheur, dans les deux sens.
C'est François 1er qui adressa des musiciens à Soliman le Magnifique qui les lui renvoie, trouvant les charmes de leur musique trop émollients. Ce sont les lettrés qui fuirent le nouvel Empire pour s’installer en Occident. Ce sont enfin marins et commerçants qui négocient avec la République de Venise, transportant avec eux instruments, rythmes et musiques venues d'Orient. On trouve de nombreuses traces de leurs apports dans les traités musicaux de l'époque.
Denis Raisin Dadre et l'Ensemble Doulce Mémoire sont reconnus pour la rigueur et la passion créative qu'ils mettent à revisiter le répertoire profane et sacré de la Renaissance, mais ils ne se contentent pas de faire revivre les musiques de Requiem des Rois de France ou celles des contemporains de Leonard, ils élargissent sans cesse leurs horizons, dialoguant de par le monde avec d'autres univers musicaux. Le croisement d'influences entre les musiques ottomanes et chrétiennes d’Occident ne pouvaient donc que les inspirer.
Kudsi Erguner, virtuose du ney, avec son ensemble, transmet dans le monde entier les raffinements des musiques savantes ottomanes et soufies d'Istanbul. Issu d’une famille de musiciens, il est le seul de sa génération à avoir reçu par son père et les derniers grands maîtres, un enseignement musical dans l'esprit de la tradition orale, ces musiques ayant été occultées sous le règne d'Atatürk.

0 commentaire