Miss France: la révolte des perdantes

Le Parisien
1,4K
124 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Une requête en annulation de l'élection régionale «Miss Albigeois Midi-Pyrénées», remportée par Chloé Mortaud devenue ensuite Miss France 2009, sera lancée début janvier devant le tribunal des référés de Toulouse par Me Gilbert Collard, à la demande de sa cliente, la 1ère dauphine régionale Marine Beaury.
Au cours d'une conférence de presse organisée dans un bar-lounge du IXe arrondissement de Paris par le «Collectif des Miss en colère», Marine Beaury a affirmé que le vote régional avait été «truqué», mettant en cause la transparence du dépouillement du scrutin, qui n'est pas examiné par un huissier. Une éventuelle annulation du scrutin régional entraînerait de facto celle de l'élection Miss France 2009.

La jeune femme, comptable aux Assedic en banlieue de Toulouse, a rejoint le «Collectif des Miss en colère» lancé à l'initiative de Michel Leparmentier, président de l'«association internationale des concours de beauté des pays francophones» fondée à Montréal.

Pourfendeur de longue date de Geneviève de Fontenay dont il veut briser le monopole des Miss France avec son «Comité Miss France historique», cet ancien journaliste à la retraite conteste quasiment chaque élection. Au sein du «collectif des Miss en colère», il a également réuni Claudine Cassereau, Miss France 1972 qui estime ne pas être mise en valeur dans le palmarès historique Miss France et Lumir Richet, première dauphine 2008 de Miss Picardie qui, elle aussi, conteste la légitimité du scrutin régional qui l'a désignée.

Pourtant annoncés, ni Lumir Richet ni Gilbert Collard ne sont venus à la conférence de presse.

Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo.