Advertising Console

    1965 Alfa Romeo Giulia Sprint GTA

    Reposter
    Artcurial

    par Artcurial

    9
    2 062 vues
    1965 ALFA ROMEO GIULIA SPRINT GTA
    Carte grise française
    Châssis n° 613 372
    Moteur n° AR000502/A*18933

    - Version GTA authentique et Matching numbers
    - Historique passionnant
    - Restaurée en gardant "l'originalité" de la voiture
    - Ex-Willy Mairesse 1965 "Rallye des deux Catalognes"

    Dévoilé en septembre 1963, le coupé Giulia Sprint GTA est dérivé de la berline dont il reprend la plateforme et la mécanique 1600 cm3 double arbre, avec une carrosserie élégante et sobre signée Bertone. La marque étant bien sûr impliquée en compétition, une version spéciale est élaborée par Autodelta et présentée début 1965: c'est la fameuse GTA (A pour alleggerita), qui se différencie de la version de série principalement par sa carrosserie en grande partie en aluminium. Elle servira de base aux versions compétition qui se constitueront un palmarès enviable, sur piste et en rallye.

    L'Alfa Giulia Sprint GTA que nous présentons a connu une histoire particulièrement intéressante. Elle nous a été transmise par son actuel propriétaire, sur la base de nombreux documents qui seront remis à l'acheteur. Sortie d'usine le 10 juin 1965, elle est livrée à la SOFAR le 16 juin. Elle est utilisée pour l'homologation en France du type "10.502 A", puis sert comme voiture de démonstration. Comme l'a confirmé M. Gerard Lanvin, le directeur du service compétition de la SOFAR, elle est ensuite confiée à Willy Mairesse, qui n'a pas reçu à temps sa GTA commandée chez Autodelta, pour courir le "Rallye des Deux Catalognes" sur le circuit de Montjuïc, le 23 et 24 octobre 1965. Pour ce faire, elle est équipée en urgence de ceintures de sécurité (l'arceau ne sera obligatoire qu'au 1er janvier 1966). Mairesse finira second (n°44) avec cette voiture strictement de série, devant une Ferrari 250 GTO.
    A partir du 23 décembre 1965, cette Alfa GTA est utilisée par la S.E.C.A, société de Charles Deutsch à Puteaux, pour tester les jantes de 14 pouces de même dimension que celles des CD à moteur Peugeot qui recevront les premiers Michelin Racing, ce qui explique les nombreux allers-retours vers Clermont-Ferrand. La S.E.C.A achète définitivement la GTA le 20 juillet 1966. S'agissant d'une "voiture de société", un carnet de route qui est joint au dossier répertorie tous ses déplacements. Entretemps, elle est testée par Alain Bertaud, pilote CD et journaliste-essayeur, dans le magazine Moteurs n°53 de janvier-février 1966. En 1969 M. Gazel, ingénieur chez CD, rachète le coupé qui entame alors une vie plus "paisible". Il subit en 1970 un choc avant et son entretien est confié aux établissements Blanchet, près de Châteauroux (factures dans le dossier), qui ont participé avec Charles Deutsch à la mise au point du moteur Alfa Romeo destiné à la barquette CD/GRAC. Le moteur de cette GTA y sera refait en 1972, à 85 000 km. La voiture est ensuite vendue, le 1er février 1978, à un amateur du Mans et roulera alors principalement sur des trajets Sarthe-Savoie. Fin 1981, elle est remisée dans la Sarthe.

    En septembre 2004, elle est achetée par son actuel propriétaire qui découvre avec émotion cette voiture "dans son jus", à l'historique étonnant. Il se lance dans une remise en état qui aura le bon goût de préserver l'originalité de la voiture. La mécanique est remise en route par un spécialiste des italiennes anciennes, et la carrosserie nécessite un gros travail de réfection, avec remplacement des parties abîmées ou corrodées (avant, berceau moteur) par des tôles d'aluminium, remise en état des soubassements et planchers en acier, en conservant un maximum d'éléments d'origine (photos dans le dossier). Freins, trains roulants, suspensions, échappement sont revus et remplacés quand nécessaire. En 2009, le moteur est complètement refait: chemises, pistons, soupapes, joints, volant moteur allégé... La rectification du vilebrequin, du bloc et de la culasse est effectuée chez un ancien employé des établissements Bozon (factures et photos dans le dossier).
    Depuis, cette Alfa Giulia GTA roule régulièrement et s'est rendue au Goodwood Festival of Speed ainsi qu'à des rallyes de l'Alfa Classic Club en Suisse et en Italie. Elle se présente avec sa peinture en grande partie d'origine, craquelée et avec quelques manques. Les sièges sont en état d'usage, de même que les tapis de sol et les contreportes à structure carton. Techniquement bien suivi, offrant un aspect original irremplaçable et riche d'un historique fantastique, cette voiture représente une occasion rare d'acquérir la version-phare du coupé Alfa Giulia, authentique et non modifié. Les amateurs ne devraient pas s'y tromper.