Advertising Console

    1971 SM Espace

    Repost
    Artcurial

    par Artcurial

    9
    703 vues
    1971 CITROEN SM ESPACE - no reserve
    Carte grise française
    Châssis n° 00SB6200

    - Sans réserve
    - Carte grise normale
    - Prototype unique
    - Technologie novatrice
    - Collection personnelle d'Henri Heuliez

    Lorsqu'elle est présentée en mars 1970 au Salon de Genève, la nouvelle Citroën SM marque les esprits. Sa ligne d'une incontestable élégance est due au crayon inspiré du styliste maison Robert Opron. La puissance de son moteur 6 cylindres en V et son incomparable confort dû à la suspension hydropneumatique la placent d'emblée en tête des GT de série. Depuis, la Citroën SM est consacrée dans l'histoire de l'automobile comme la seule GT française 2+2 de série des années soixante-dix.

    Il est évident qu'une telle auto ne pouvait laisser insensible les carrossiers. Aucun cabriolet n'étant inscrit au programme officiel du constructeur, la carrosserie Henri Heuliez proposa en octobre 1971 au Salon de Paris une intelligente version, compromis entre coupé et cabriolet, doté d'un toit escamotable en deux parties distinctes. La solution choisie permettant de conserver une poutre centrale longitudinale qui assurait à l'auto une vraie rigidité en cas de retournement, tout en permettant de bénéficier des joies de la conduite en plein air. Chaque coté du toit ouvrant est composé de plusieurs lamelles qui s'effacent tel un store dans la poutre centrale. Le tout est animé, pour chaque côté indépendamment, par un mécanisme à commande électrique.

    Pour la circonstance, la voiture se nomme SM "Espace". Le premier exemplaire assemblé, bénéficiant d'une sellerie spécifique en daim mariant le blanc au vert dans les teintes typiques des années 70, d'enjoliveurs chromés à voile plein et d'une élégante jalousie de lunette arrière, fut exposé au Salon de Paris 1971. L'accueil du public fut enthousiaste. La SM Espace aura droit aux colonnes de tous les magazines spécialisés de l'époque, Auto-Journal, l'Automobile Magazine, Action Automobile et Touristique, etc.
    La même voiture, amputée de sa jalousie de lunette arrière fut présentée à nouveau au Salon de Bruxelles, quelques mois plus tard, arborant cette fois-ci un intérieur cuir marron de série. En 1972, un second exemplaire est réalisé pour l'usage personnel d'Henri Heuliez lui-même, et peint dans sa couleur fétiche, le bleu métallisé. C'est ce second exemplaire qui perdure et reste aujourd'hui le seul exemplaire de SM Espace authentique, celui des salons de l'auto ayant été officiellement envoyé à la casse comme le précisent les archives du carrossier. La SM Espace n°2 fut exposée à Rétromobile en février 2005.

    Elle représente parfaitement le premier jalon de la longue et fructueuse recherche de la carrosserie Heuliez pour faire bénéficier les automobiles de série de la joie de la conduite en plein air en toute sécurité. A ce titre, cette automobile a bénéficié récemment d'une inscription à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, signant ainsi son caractère exceptionnel et incontournable dans l'histoire de l'automobile française.

    L'automobile se présente dans un bon état de conservation d'origine aussi bien en carrosserie qu'en mécanique. La voiture est tournante, la batterie a été changée ainsi que les sphères avant et arrière. L'intérieur est habillé de cuir chamois en bon état. Le moteur V6 de 2 670 cm3 est alimenté par 3 carburateurs double-corps Weber 42 DCNF et affiche 170ch DIN à 5500 tr/mn. Cette SM Espace dispose de sa carte grise normale d'origine. Cette automobile exceptionnelle, tant historiquement que techniquement, mérite de rejoindre la collection d'un véritable passionné de la marque et du modèle, qui saura la mettre en valeur et en préserver son unicité.

    Digne de figurer dans les concours d'élégance les plus renommés, cette incroyable GT mérite de fouler la pelouse de la Villa d'Este, de se confronter aux embruns iodés de Pebble Beach, où son audace et sa distinction française porteront haut l'élégance retrouvée du dernier des grands carrossiers français.