Advertising Console

    La Traversée du Génocide (BA)

    Reposter
    LiliTheKing

    par LiliTheKing

    402
    1 267 vues
    Ce film documentaire intitulé « la traversée du génocide » retrace l’histoire d’Aimable ainsi que celle de ceux qui ont partagé avec lui ce tragique parcours, à savoir : Katabogama Ngarambe Jean de Dieu, Rutagengwa Assman, Kanyamugenge Joseph et Nyiracekeri Consolée.
    Le documentaire fait également l’objet d’intervention de la part de Monsieur Tito Mugrefya (Psychologue-Thérapeute), ainsi que de Florence Rasmont (Historienne).
    Dans une interview accordée à IGHE, Aimable Karirima, réalisateur de ce film, nous confie avoir eu l’inspiration de réaliser ce documentaire suite à une discussion entretenue avec sa fille, Inès qui avait alors 9 ans à cette époque-là. Celle-ci lui a un jour posé de nombreuses questions suite à la projection de son précèdent film « Ma douleur, sa liberté » en 2008.
    « Après avoir projeté mon film, j’ai posé la question à ma fille de savoir comment elle avait vécu l’histoire. Inès m’a alors répondu que, selon elle, cela ne ressemblait pas à tous les autres films qu’elle avait pu voir jusqu’alors. Elle souhaitait savoir qui était Hutu et qui était Tutsi. Elle voulait comprendre pourquoi il y avait eu toutes ces tueries entre Rwandais ».
    Aimable confirme la difficulté que ça a été pour lui d’expliquer à sa petite fille cette histoire, son histoire. D’ailleurs, par la suite, à chaque fois qu’Inès voyait un africain dans les rues de Bruxelles, elle se demandait s’il s’agissait d’un Hutu ou d’un Tutsi.
    « C’est à partir de ce moment-là que j’ai décidé de lui raconter notre histoire familiale et ensuite, faire un film afin de détailler ces événements. Je ne voulais pas qu’elle voit en chaque personne africaine un Hutu ou un Tutsi. Raconter mon histoire me tenait à cœur, car je ne voulais pas que ma fille apprenne un jour ce récit par l’intermédiaire de quelqu’un d’autre ».
    Il espère par ailleurs que ce film permettra aux rescapés du génocide de se reconnaître dans cette histoire et de continuer leur reconstruction identitaire.