Poutou est sympathique : et son programme ? Analyse du programme économique du NPA – 12 avril 2012

Timothé Lefebvre
4
305 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Aujourd'hui, nous revenons sur le programme de Philippe Poutou. Après sa bonne impression hier soir à l'émission « Des paroles et des actes » (France 2), nous nous intéressons à ses ambitions économiques et notamment à la question de savoir si elles sont réalisables et surtout à quel prix.

8 commentaires

[ À lire de haut en bas ]

Bonjour,

Je vous remercie pour votre réaction. Il doit manquer la fin de votre commentaire, le nombre de caractères est limité dans les commentaires.
Par Timothé Lefebvre il y a 2 ans
Il faut bien comprendre qu’une élection présidentielle n’est ni le lieu ni le moment pour mener un débat fantaisiste. Le peuple français a voté des règles strictes, créant des mécanismes comme les parrainages (improprement ainsi dénommés), pour justement prévenir le débat démocratique de ce type de dérives. Les candidats, dès qu’ils ont été officiellement présentés par le Conseil constitutionnel, voient une partie de leurs frais de campagne pris en charge par l’État. En dessous du score de 5% réalisé au premier tour, l’État rembourse jusqu’à 808300 € (euros), ce qui a par exemple permis à Olivier Besancenot d’être intégralement remboursé en 2007 ; au-dessus des 5% au premier tour ce montant peut aller jusqu’à 8,083 millions d’euros. Pour les finalistes du second tour c’est 10,797 millions d’euros.
Par Timothé Lefebvre il y a 2 ans
Par l’État, c’est le contribuable qui finance finalement les campagnes – dans leur quasi majorité pour les petits candidats ou en plus petite partie pour les grosses formations politiques. De fait, comment comprendre qu’un candidat use des moyens publics pour avancer une idéologie – connue au demeurant – en assurant à qui veut l’entendre qu’il ne veut pas être président ? N’est-ce pas là pourtant le but de la campagne ? Comment peut-on ne pas croire, à l’entendre, que ce monsieur profite des deniers publics en ayant aucune intention liée à quelque fonction politique ?
Par Timothé Lefebvre il y a 2 ans
Il ne faut pas s’y tromper, la campagne électorale a pour but d’éclairer les Français sur le choix d’un ou d’une président(e) de la République, et non de donner un espace médiatique à des représentants syndicaux (qui disposent d’autres moyens pour le faire). Il ne faut pas confondre une campagne électorale pour la présidence avec une manifestation de la CGT.

Pour vous répondre clairement, oui j’avais compris que M. Poutou n’avait aucunement envie d’accéder à la présidence et qu’il ne présentait pas de projet cohérent pour ce faire, mais j’ai choisi d’examiner son programme sous un angle sérieux en faisant comme si ses prétentions électorales l’étaient, nonobstant son discours à ce sujet.
Par Timothé Lefebvre il y a 2 ans
Je précise toutefois que l’action de M. Poutou reste louable et que le rejoins sur le fait qu’il faille changer certains aspects du système, mais vouloir défendre ainsi ses idées est une manière d’utiliser le système que l’on pourfend par ailleurs. Je note que d’autres « petits » candidats, comme Mme Arthaud, M. Cheminade ou M. Dupont-Aignan, défendent leurs opinions (similaires à celle de M. Poutou pour certains) beaucoup plus sérieusement que lui, en cela qu’ils ne se décrédibilisent pas à sa manière. Leurs programmes n’en sont pas plus viables, mais le message passe mieux quand on n’a pas l’impression d’être abusé.
Par Timothé Lefebvre il y a 2 ans
Voir plus de commentaires