Advertising Console

    Typo l'hebdo_n44_Deo_Namudjimbo

    Reposter
    Magazine Typo

    par Magazine Typo

    27
    211 vues
    Déo Namudjimbo est journaliste réfugié politique en France depuis 2009. Il nous vient de la République Démocratique du Congo (RDC), ex-Zaïre, ex Congo belge dont la capitale est Kinshasa et plus particulièrement du Kivu à l’Est du pays (ne pas confondre avec la République du Congo, ex-colonie française dont la capitale est Brazzaville). Cette ancienne colonie belge pendant 80 ans est très riche. Son sous-sol possède du cuivre, du cobalt, de l’uranium, des diamants, de l’or… et du Coltan, ce minerai nécessaire à la fabrication des produits high-tech. Cette richesse fait le malheur des habitants : convoitise de ses dirigeants Mobutu puis Kabila, de ses voisins rwandais et bien sûr des multinationales occidentales et chinoises. Un pays immensément riche, un peuple immensément pauvre que les combats, les génocides, en 1994, Tutsi Hutu du Rwanda voisin ont encore mis plus dans la misère. C’est cet état insupportable que Déo a longtemps dénoncé dans son pays, mais aussi par l’intermédiaire d’agences de presse notamment française. Ce travail d’investigation, toujours très dérangeant dans un pays de corruption où les groupes armés nombreux et rivaux défendent des concessions minières, lui a valu de nombreuses menaces de mort. Il a dû se cacher, il a vu l’assassinat de son frère, lui-même journaliste à la radio de l’ONU. C’est lors de la remise du prix de la Plume d’or, prix du Sénat pour l’expression francophone, en 2009 que ses amis journalistes français l’ont persuadé de demander l’asile politique auprès de l’OFPRA. Sa femme, réfugiée au Burundi, et 4 de ses enfants l’ont rejoint en 2011, puis ses deux grandes filles en mars 2012. En témoignant de son parcours dans les lycées, comme celui de Tournus le 30 mars 2012, Déo continue son combat de vérité en espérant qu’un jour un des grands de ce monde entendra son cri, son appel pour qu’enfin son peuple retrouve sa dignité et le chemin de l’espoir. L’écouter, c’est un peu participer à ce combat humain.