Advertising Console

    Rencontre du lendemain n°2 - Ô mon pays - Cie Pôle Nord - Lise Maussion et Damien Mongin - Saison 2011-2012

    Repost
    Théâtre la Vignette

    par Théâtre la Vignette

    7
    649 vues
    Rencontre du lendemain n°2 autour du spectacle Ô mon pays, diptyque de la Cie Pôle Nord: C.D.I. Sandrine, la destinée d'une trieuse de verre et C.D.D. Chacal.
    Avec les comédiens Lise Maussion et Damien Mongin et l'enseignante chercheuse Joëlle Chambon (Université Paul Valéry Montpellier III).

    Ces spectacles sont venus dans un même souffle. Ils sont la trace d’un seul et long chemin, une errance théâtrale à travers l’actualité française et le sentiment d’une misère diffuse.
    C’est loin de la clameur citadine que la jeune compagnie Pôle nord a créé C.D.I – Sandrine, la destinée d’une trieuse de verre puis C.D.D – Chacal, deux pièces dont la force de cohésion ainsi que les effets de résonance ont incité Damien Mongin et Lise Maussion à présenter leur travail sous forme de diptyque. À l’origine de Sandrine, premier volet d’Ô mon Pays, se trouve le désir de faire du théâtre autrement, la volonté de se produire en dehors des circuits institutionnels, mais aussi le souvenir extrêmement prégnant d’un “emploi alimentaire”, exercé et abandonné en l’espace d’un jour, dans l’usine de tri d’un village de campagne. Au gré des improvisations cette expérience a pris de plus en plus d’amplitude, jusqu’à subvertir le simple récit d’une “femme seule et recluse” en une mise en scène poignante, faisant cohabiter témoignage de la réalité sociale et parole singulière sans jamais recourir au moindre poncif. de la même manière, les pérégrinations de la compagnie dans la région du Limousin ont nourri la trame de Chacal. Ce personnage d’ouvrier anonyme, homme de passage habité par un immense désir d’humanité, téléphone chaque soir à sa compagne et multiplie les amitiés occasionnelles au rythme des chantiers d’autoroutes. Comme pour Sandrine, le monde du travail et l’adresse à l’autre se télescopent jusqu’à produire un balbutiement dans la langue, estompant de façon très subtile les frontières entre poésie dramatique et théâtre du quotidien.