Intervention de Julien Chapuis et discussion: La carrière et l'activité des artistes exogènes à Cologne, l'exemple de Stefan Lochner (vers 1410-1451)- Journée d'étude "Les aspects socio-professionnels des transferts artistiques" -2 décembre 2011

Découvrir le nouveau player
France INHA
26
238 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Julien Chapuis, directeur adjoint du Bodenmuseum à Berlin, présenté par Jean-Marie Guillouët (Institut national d'histoire de l'art, Paris), analyse ici l'activité artistique du peintre Stefan Lochner à Cologne au XVe siècle.

Cette journée d'étude s'est tenue dans le cadre du programme "Transferts artistiques dans l'Europe gothique".
Le constat de l’ampleur et de l’importance de la mobilité des artistes et des œuvres dans l’Europe médiévale a déjà été fait et cette mobilité constitue un objet de recherches pour les historiens de l’art depuis plusieurs années. Cependant, les questions soulevées par ces déplacements appelaient une première tentative de synthèse visant à dépasser le simple repérage du parcours des hommes et des œuvres et à en examiner les effets et les conséquences sur la production artistique des espaces concernés. Partant de ce constat, l’Institut national d’histoire de l’art, l’université de Liège et l’université de Toulouse se sont associés depuis 2009 autour d’un programme de recherche intitulé Transferts et circulations artistiques dans l’Europe de l’époque gothique.

Ce projet vise à appréhender ces circulations d’artistes, d’œuvres ou de modèles dans le rapport dynamique et dialectique qu’elles entretiennent avec leurs milieux d’accueil et de réception : quelles peuvent être les conditions et modalités de ces transferts d’artistes ? Quelles peuvent être leurs conséquences sur la carrière de l’artiste, sur le réseau de la commande ? Quelle signification peut être liée à l’emploi d’un artiste exogène, loin de son milieu d’origine ? Quelles ont été les conditions et contraintes statutaires, réglementaires, techniques, fiscales que ces artistes ont dû remplir ? Les techniques et savoir-faire locaux ou importés cohabitent-ils, s’imbriquent-ils ? Quelle a été la place assignée à ces œuvres dans leur système de réception et, par effet retour, le système d’origine a-t-il été touché par des reconfigurations particulières à l’issue de ces transferts ?

0 commentaire