Advertising Console

    C'est la vie qui passe.

    Repost
    Mary-Ederza.

    par Mary-Ederza.

    190
    714 vues
    Alain Aurenche. Chanteur dont l'amitié avec Léo Ferré se ressent dans ses compositions et interprétations, à la fin de la vidéo, il y a une dédicace faite par Léo Ferré à ce chanteur.

    Ma graine d'ananar !

    Ce n'est pas un effet du hasard si ce qualificatif traîne aux basques d'Alain, ni si les médias n'ont pas le courage de diffuser ses chansons.
    Alain était l'ami de Léo Ferré depuis 1967, liés qu'ils étaient par l'amitié, la chanson et la liberté.
    Il faut croire que les derniers vers de la chanson "Graine d'ananar" Léo les avait écrits pour lui :
    "Mais auparavant
    J'aurai comme le vent
    Semé quelque part
    Ma graine d'ananar"

    Mais la graine a germé et c'est un auteur-compositeur aux magnifiques textes poétiques, un révolté qui ne mâche pas ses mots, sans compromission, qui parle avec son cœur de la liberté, brandissant l'étendard libertaire avec force et une conviction non feinte, le verbe cru avec tendresse et gouaille.
    Alain Aurenche se fiche des modes, il a envie de chanter ses révoltes et ses passions et il le fait en dehors des modes et du temps.
    Il déclare d'ailleurs au sujet de ses études chez les frères maristes : "Là, j'ai compris que c'est à chacun de se faire sa culture, pour se donner des armes contre ce qu'on lui impose, contre l'ordre établi".
    Au sujet de la chanson engagée, Alain nous dit : "L'économie libérale limite la créativité et l'imagination.
    On fait désormais appel à l'instinct, jamais à l'intellect.
    Il suffit de voir la publicité, on incite à la régression, à l'infantilisation.
    Le rôle de l'artiste est de révéler les concepts refoulés chez le spectateur".