Advertising Console

    "Des effets de quartier à la politique de la ville", une présentation de Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d'analyse stratégique

    centreanalysestrategique

    par centreanalysestrategique

    73
    332 vues
    Le Centre d’analyse stratégique vient de publier sa note d’analyse n° 249 - Des "effets de quartier" à la politique de la ville. Perspectives internationales

    En quoi le fait d’habiter dans un quartier défavorisé, ou au contraire favorisé, affecte-t-il les comportements et les trajectoires individuels ? Ces effets, dits « de quartier », sont-ils attribuables au quartier ou à d’autres déterminants socio-économiques ?

    Cette note revient sur les effets des déterminants sociaux et les leviers politiques pour faire émerger trois propositions visant à renouveler le débat sur la politique de la ville :

    1. Faciliter l’observation et l’évaluation de la mobilité sociale des habitants des quartiers défavorisés, qu’ils aient déménagé ou non :

    sur le modèle suédois (GeoSweden, Statistics Sweden Louise Files), constituer une base de données, actualisée annuellement, permettant de croiser de multiples variables (notamment la durée d’exposition au voisinage), dont l’accès serait facilité pour les chercheurs dans le respect des lois protégeant les données personnelles ;

    engager des études de suivi de cohortes de ménages habitant dans des quartiers de la politique de la ville, avec un sous-groupe de ménages relogés dans le cadre d’opérations de rénovation urbaine.

    2. En complément des efforts de la collectivité pour développer une offre de logements accessible et équilibrée entre les territoires, expérimenter localement un programme de mobilité résidentielle. Piloté par l’État, il permettrait à des ménages précaires, résidant dans des quartiers de la politique de la ville, sélectionnés sur la base du volontariat, de déménager dans des logements choisis dans des quartiers plus favorisés.

    3. Afin de développer les ressources des habitants des quartiers défavorisés, placer les habitants en situation de codécision dans les opérations de rénovation urbaine, à l’image du New Deal for Communities britannique.