Advertising Console

    La Parisienne Libérée - Un président sur deux

    Repost
    Mediapart

    par Mediapart

    4,1K
    7 969 vues
    chronique chantée n°8 - jeudi 24 novembre 2011 - www.mediapart.fr

    UN PRÉSIDENT SUR DEUX
    Paroles et musique : la Parisienne Libérée

    Au lieu de coller des bouts de chandelle
    Pour équilibrer les budgets
    Au lieu d’annoncer que l’on gèle
    L’argent des collectivités
    Au lieu de condamner des emplois
    Dans l’Education Nationale
    Au lieu de gonfler la TVA
    Il y a quelque chose qui serait pas mal…

    S’il faut faire des économies
    En supprimant des fonctionnaires
    Commençons donc dès aujourd’hui
    Par celui qui coûte le plus cher
    Non remplacement d’un président sur deux !

    Au lieu de faire semblant de lutter
    Contre le fléau des niches fiscales
    Au lieu de soi-disant taxer
    Les revenus du capital
    Au lieu de grignoter un an
    Sur la réforme des retraites
    Au lieu de multiplier les plans
    Il y a quelque chose qui serait chouette…

    S’il faut faire des économies
    En supprimant des fonctionnaires
    Commençons donc dès aujourd’hui
    Par celui qui coûte le plus cher
    Non remplacement d’un président sur deux !

    Au lieu de réduire brutalement
    Toutes les dépenses de santé
    En pénalisant les patients
    Par des carences à la journée
    Au lieu de relever temporairement
    L’impôt sur les grandes sociétés
    De taxer les micro-logements
    Il y aurait quelque chose à étudier

    S’il faut faire des économies
    En supprimant des fonctionnaires
    Commençons donc dès aujourd’hui
    Par celui qui coûte le plus cher
    Non remplacement d’un président sur deux !

    Un jour peut-être dans un préau
    Quelqu’un dira à un enfant
    Tu vois dans le cadre là-haut
    Avant il y avait un président
    C’était comme une sorte de roi
    Qu’on élisait tous les cinq ans
    Pour vider les caisses de l’Etat
    Et se moquer du Parlement

    Non remplacement d’un président sur deux ! (bis)

    [citation F. Fillon]