Advertising Console

    14. Jardins "fin de siècle" : historicisme, symbolisme et modernité

    Reposter
    745 vues
    Monique Mosser, historienne de l'art, de l'architecture et des jardins, chercheur au CNRS (Centre A. Chastel/INHA)

    En 1867, année de l’inauguration du parc des Buttes-Chaumont, l’historien Arthur Mangin déclarait : « Le jardin paysager est-il le jardin de l’avenir ? J’inclinerai à le croire, et la raison en est que les règles auxquelles on l’a soumis n’ont rien d’immuable ».
    Si l’Éclectisme et le « style mixte », prôné par le paysagiste Édouard André, avaient encore de beaux jours à vivre, les années 1880 voient, cependant, le retour du jardin régulier. En France, grâce à l’infatigable activité des Duchêne, père et fils, on assiste à proprement parler à l’invention du « jardin à la Française » qui, tout en puisant au vocabulaire formel du Grand Siècle, renouvelle de manière très originale ces vastes constructions spatiales. En cette époque marquée par la montée des nationalismes, la commémoration, en 1913, du tricentenaire de la naissance de Le Nôtre, apparaît comme un étrange point d’orgue.