Les clichés selon Françoise Héritier

Click-Clap
41
8 287 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
« Ce sont des clichés de dire que les femmes sont bavardes, qu’elles n’ont pas le sens de l’orientation, ou qu’elles sont de mauvaises conductrices. Derrière, ce sont des stéréotypes qui guident ces clichés. Ce sont ceux-là contre lesquels je voudrais lutter par mon travail d’anthropologue. »
Françoise Héritier

Françoise Héritier est une anthropologue française mondialement reconnue. A 18 ans, elle assiste alors qu’elle étudie l’histoire, à une conférence de Claude Lévi-Strauss. Cette rencontre est pour elle une illumination. Elle repense alors son orientation universitaire.
Son premier voyage en Haute-Volta en 1957 la conforte dans son idée de devenir anthropologue. Elle réalise ensuite en cinq ans pas moins de neuf missions en Afrique, faisant d’elle une réelle spécialiste de l’anthropologie africaniste.
En 1982, Françoise Héritier entre au Collège De France, aux côtés de Claude Lévi-Strauss. Elle y enseigne pendant seize ans l’étude comparée des sociétés africaines, et cumule avec ce poste de professeure, celui de directrice de Laboratoire d’Anthropologie sociale.
Au début de sa carrière, Françoise Héritier s’intéresse aux systèmes de parentés. Plus tard, elle s’attache à mettre en évidence la domination masculine dans les sociétés au regard d’une valorisation historique du masculin sur le féminin.
Son dernier ouvrage, La plus belle histoire des femmes est paru aux Editions Broché en mai 2011. Co-écrit avec d’autres femmes issues de disciplines diverses et variées, ce livre pose la question de la place que tiennent les femmes dans notre société.

0 commentaire