Advertising Console

    Les études universitaires de plus en plus chères

    Repost
    fage

    par fage

    14
    226 vues
    Aujourd’hui, pour la neuvième année consécutive, la FAGE publie son indicateur du coût de la rentrée étudiante et pour la neuvième année consécutive, ce chiffre est en augmentation avec +4,2 % cette année ! Les étudiants devront donc pour leur rentrée débourser :

    2657,3 euros pour un étudiant francilien
    2265,8 euros pour un étudiant en province(Voir la synthèse détaillée de l’indicateur dans le dossier de presse)

    Principaux responsables de cette augmentation, le logement, qui représente près de 50% du budget des étudiants. Les chiffres de l’Observatoire de la Vie Etudiante (OVE) nous donne une moyenne de 646,6 euros pour un loyer étudiant en Ile de France soit une augmentation de 7,7 % ! En province cette somme atteint 455,75 euros.

    Les frais fixes décrétés par le gouvernement sont malgré tout encore en augmentation cette année, +1,67 % pour le ticket RU, malgré un refus du conseil d’administration du CNOUS, +1,72 % pour les droit d’inscription en Licence, +3,6 % en doctorat, et jusqu’à 6 % d’augmentation pour le Master ! La sécurité sociale étudiante augmente elle de 3€ soit 1,5 % d’augmentation.

    Aujourd’hui certains jeunes se voient contraints de renoncer à l’Enseignement Supérieur car ils ne sont pas capables d’assumer le coût de cette rentrée, d’autres se voient contraints de se salarier.

    L’ensemble de ces éléments explique en grande partie la diminution de la place des classes populaires dans l’Enseignement Supérieur qui passe de 36 à 31 % entre 2006 et 2010 (Chiffres OVE). Aujourd’hui, ce coût de la rentrée contribue à freiner la démocratisation de l’Enseignement Supérieur et interdit toute véritable égalité des chances.

    La FAGE exige depuis plus de 5 ans la mise en place d’une Allocation de Rentrée Etudiante de 400€, sur le modèle de l’allocation de rentrée scolaire, financée par la redistribution de la demi-part fiscale et qui permettrait de freiner les effets néfastes du coût trop élevé de la rentrée étudiante.