L'Apollonide, on n'est pas clients

Reposter
Lefigaro.fr

par Lefigaro.fr

2K
1 527 vues

1 commentaire

ce critique , E.Neuhoff, énonce des inepties. Incapable d'une vision un peu profonde du problème de la prostitution en 1900, dénué de toute empathie, il méprise ces femmes et leurs maladies corporelles et psychologiques, asservies qu'elle sont à des bourgeois élégants mais lubriques voire pervers.
Monsieur est dans l'ironie primaire et devrait s'interroger sur son profil mental.
Il est la copie conforme des médecins et sociologues de l'époque, satisfaits de leur soi-disant supériorité, et prodiguant des stupidités du genre: la masturbation rend fou.
Méprisable .
Par Jacques Noël L'année dernière