Après les révolutions arabes : place à la démocratie ?

Découvrir le nouveau player
LCP

par LCP

2K
516 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Moins d'un an après le suicide de Mohammed Bouazizi, qui a marqué le début des révolutions, 7,5 millions d'électeurs tunisiens sont appelés à voter aux premières élections législatives démocratiques depuis 30 ans. Tout a été fait pour garantir le caractère pluraliste du scrutin : proportionnelle intégrale, parité obligatoire, contrôle des dépenses et du temps de parole. Une centaine de partis, la plupart inconnus du grand public, sont en lisse. Si la parole s'est libérée depuis la chute de Ben Ali le processus révolutionnaire reste plein d'espoir… et d'incertitudes. Les revendications sociales et économiques ne sont pas satisfaites. Le défi pour le nouveau pouvoir est de taille : désenclaver les terres du centre, dont le bassin minier de Gafsa d'où est parti la révolution et développer d'autres branches que la tourisme. Le secteur soutient le développement du pays mais crée des emplois peu qualifiés. C'est un banc d'essai pour le monde arabe : à l'heure où la Libye envisage enfin l'après Kadhafi, l'éclaireur tunisien se confronte à la démocratie. Si l'essai est un succès, le printemps arabe trouvera peut-être un second souffle. Les aspirations démocratiques en Lybie et en Egypte ressortiront confortées. La contestation syrienne, toujours réprimée par Bachar El-Assad gagnerait en légitimité. Enfin, Israël, acteur majeur de la région, s'inquiète de la place grandissante des partis islamistes et demande des gages démocratiques à ses voisins. A quoi ressemblera le nouveau paysage politique tunisien au lendemain de l'élection ? Le parti islamiste Ennhada apparaît comme le favori. Derrière, le centre gauche, avec le Front pour la démocratie, le travail et la liberté (FDTL) prône une relance par l'emploi. Les anciens alliés du front du 14 janvier contre Ben Ali redoutent plus un retour du Rassemblent constitutionnel démocratique (RCD), le parti de l'ancien dictateur, que la montée de l'islamisme. Quel est l'avenir de la Tunisie ? Deviendra t-elle une démocratie « à l'occidental » ? Accusera t-elle un retour du religieux ? Le RCD reviendra t-il sous une forme déguisée ? La Libye suivra t-elle le chemin tunisien ? Invités : + Selim Ben Abdelasem, Candidat du Front démocratique pour le travail et les libertés à l'élection. + Beligh Nabli, chercheur à l'IRIS, président de l'Observatoire des mutations politiques dans le monde arabe. En présence de députés, d’experts, de personnalités mais aussi de citoyens, ce magazine dédié à la vie parlementaire et politique développe chaque soir un thème fort au coeur de l’actualité. Entre analyses, débats, reportages et témoignages de citoyens en direct, Arnaud Ardoin impose une autre façon de présenter et d’aborder l’actualité grâce à l’interactivité. De simple téléspectateur, le citoyen devient acteur dans le débat par webcam interposée ou via le forum dédié à l’émission. Information en miroir, Ça vous regarde favorise l’information à double sens en renvoyant les préoccupations, les questionnements des sentinelles citoyennes à celles des parlementaires. Diffusion : du lundi au jeudi à 20h50 après Ça Vous Regarde : l'Info En partenariat avec :

0 commentaire