Advertising Console

    PETIT FORMAT - Mamani Keita: "Demissen Koulou"

    Reposter
    OFF.TV

    par OFF.TV

    1K
    3 467 vues
    + de vidéos sur www.off.tv // Mamani Assitan Keita est née à Bamako. Elle n’a pas connu son père et perdra sa mère à l’âge de 13 ans. Sa grand-mère maternelle, Babinesitan Traoré, qui l’a élevée, fut la première à remarquer ses talents alors que la fillette chantonnait en allant chercher de l’eau au puits. L’aïeule aurait dit alors : « Celle là, elle va faire sa vie dans l’aventure ».
    Aussitôt Mamani la prend au mot et s’inscrit à la Biennale artistique annuelle où concourent troupes de danse et ensembles musicaux représentant les différents quartiers de la ville. Lauréate du prix de la meilleure soliste de la commune de Bamako, elle est engagée comme choriste au sein du Badema National prestigieuse formation où figure Kassémady Diabaté, voix parmi les plus pures d’Afrique de l’Ouest.
    Puis c’est Salif Keita qui la remarque et l’embarque avec lui à Paris à la fin des années 80. Elle a 17 ans, n’a jamais été à l’école, ne parle pas un mot de français. Pendant 7 ans, elle ne dispose d’aucun papier et vit sur le qui vive. Le moindre bruit derrière la porte l’inquiète. De peur d’un contrôle, son cœur ’accélère à chaque coude que fait un couloir du métro.
    Pourtant l’instinct de survie et l’ambition sont les plus forts. La naissance de sa fille, qu’elle élève seule, ajoute un impératif à la nécessité de s’en sortir. Ce faisant, elle collabore à plusieurs projets fusionnels dont un avec le groupe Tama (Realworld). Sa rencontre avec le musicien rock Marc Minelli lui fait alors franchir un pas décisif. En sa compagnie, elle enregistre l’album Electro Bamako où, autodidacte transgressive, elle dispose de sa langue maternelle, le bambara, et de son héritage mandingue comme elle l’entend. Aussi ingénue que déterminée, elle se prête sans réticence à l’habillage jazz ou à la mise electro de chansons qui conservent toutefois leur essence africaine.