Xerfi A. Mirlicourtois - Le tissu français d'entreprises face aux enjeux de l'euro

Xerfi Canal
150
65 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Xerfi Canal présente l'intervention d'Alexandre Mirlicourtois au Forum Expert 3 : Le tissu français d'entreprises face aux enjeux de l'euro.

Pour bien cadrer le débat, il convenait de choisir les données clés qui pèsent sur les entreprises. Celle de la parité du franc face au deutschemark montre que la devise française a perdu environ 30% tous les dix ans entre 1960 et 1990. Avec l’arrivée de l’euro le 1er janvier 1999, la France cesse toute dévaluation compétitive de sa monnaie. Si l’on regarde ensuite l’inflation cible de 2% depuis l’entrée en vigueur de la monnaie unique, on constate que celle-ci n’a pas dépassé 2,1% dans la zone euro. L’objectif a donc été atteint. Sur le plan de la croissance, exprimée en PIB par tête par an, on voit que la zone euro fait jeu égal avec les Etats-Unis. Quant à la balance courante de la zone euro, elle est proche de l’équilibre. Ce qui est une performance sans commune mesure avec celle des Etats-Unis. Alors qu’au début de la zone euro le cours des matières premières baisse, que l’Allemagne y entre à un niveau élevé pendant que certains pays la rejoignent par le bas (soit par les coûts), la devise européenne est faible par rapport au dollar. Désormais, l’euro s’apprécie face au billet vert et au yuan. La zone euro n’a donc pas franchement à rougir en matière de taux de changes. Mais alors, quel est le problème de la zone euro, Ces données sont en fait des moyennes. L’écart de croissance, de 1,8 point en 2000 entre l’Allemagne et l’Espagne, s’élève à 8 points en 2010 entre la Grèce et l’Allemagne. Nous assistons en réalité à un bouleversement des hiérarchies au sein de la zone puisque les pays du Nord font désormais la course en tête à la place des pays d’Europe du Sud 10 ans plus tôt. Il y a maintenant une Europe à deux vitesses. [...]

Alexandre Mirlicourtois
Directeur des études Xerfi

www.xerfi.fr
http://www.xerficanal.com/l-analyse-d-alexandre-mirlicourtois-193.html

0 commentaire