Advertising Console

    ***JARDINET CLOS **JOMUSIC / EAGLES

    Reposter
    Atalozur

    par Atalozur

    183
    169 vues
    Ce texte n'est pas la traduction de Hotel California mais

    Un grand texte de Jomusic sur son jardinet clos qu'il m'avait écrit
    Je me suis rendu compte qu'elle pouvait etre chanter sur cette musique des Eagles (Hotel California)
    Je l'ai fais a ma sauce juste pour le texte

    Depuis tout ce temps j’ai fait semblant de chercher ma vérité
    Elle était simplement enfouie et cachée dans mon jardin secret
    Dans le hasard des yeux d’autrui je l’apercevais quelque peu
    J’ai vécu dans un oubli de vie faisant de moi l’homme peureux

    Je m’avance vers ce jardin, j’entends son portail qui grince
    Ce ne sont que pleurs enfantins, des cris, des larmes et souffrances
    Hésitant, en arrière je fais deux pas, par peur que tout ne s’écroule
    Dans ce monde que je n’ai fait que pour moi en me méfiant des foules

    choeur
    Les mots de mon jardin secret ne poussent que sous l’encre noire
    Tellement de choses à vivre, à dire, écrire contre le désespoir

    Courageux je fais le timide pas vers la pénombre et ses ronces
    Mon âme noire m’attend là, elle voudrait que je m’enfonce
    Vers ces hurlements d’horreur de l’enfant meurtri et brisé
    Par le dégoût et la peur c’est ma crainte de l’humanité

    Les vérités au vitriol poussent dans un coin perfide
    Celle d’un enfant que l’on viole et qui rêve de fratricide
    Un père qui sait la vérité mais qui la noie vite dans l’ivresse
    Une mère, mère monstruosité, qui enraya toute ma jeunesse

    Mère, les coups que tu m’assenais n’étaient destinés qu’à taire
    Le cruelle vérité que j’ai semée dans cette terre
    Quand un jour je me suis promis d’écrire et de planter mes mots
    Pour un beau jour les voir fleurir au grand jour, un jour nouveau

    C’est là,dans ce coin éclairé du jardinet que j’ai trouvé
    Un doux matin de juillet mes mots qui fleuris en pensées
    Se sont vite épanouis sans que jamais nul ne les arrose
    Mais il me faut plus que l’envie pour en pousser la porte close