Advertising Console

    À Nantes, les Bretons sont des étrangers !

    Repost
    292 vues
    Le Château des Ducs de Bretagne accueille jusqu'au 6 novembre une exposition intitulée « Nantais venus d'ailleurs » et dont le sous titre est « histoire des étrangers à Nantes au XXe siècle ». L'exposition entend se consacrer à « un siècle d'immigration à Nantes ».

    Cette exposition qui part certainement d'un bon sentiment contient au moins deux contre vérités historiques certaines. Pour commencer, la qualification d'un breton, Louis Kervarec, né en 1898 à Quimperlé, comme « étranger ». Il est dit de lui qu'il a « changé de région » en s'installant à Nantes en 1921. Autre incongruité, cet écriteau: « La région des Pays de la Loire accueillait au début du siècle » [XXème]. Doit on rappeler au lecteur que la région en question n'existait pas avant les lois de décentralisation des années 1980 ?

    Rien que ces deux phrases vous valent un zéro pointé pour anachronisme historique dans n'importe quelle copie d'histoire ! A moins que ces « erreurs » ne soient volontaires ?

    La seule réaction est de dénoncer ces amalgames douteux et de demander que l'on retire de cette exposition le panneau de Louis Kervarec qui n'a rien à faire là et qui aurait sans doute été surpris lui-même de se retrouver étranger dans sa propre région.

    Exclure Nantes de la Bretagne au XXème siècle, c'est manipuler l'histoire, Quand NANTES tente d'effacer son identité bretonne, le seul fait de rappeler la vérité est un acte de résistance. On déplorera la disparition des magnifiques collections bretonnes exposées au château de Nantes dans le but de faire disparaitre toute trace du légitime héritage breton de la Ville. La région des Pays de la Loire est de création récente et tente de faire oublier qu'elle se substitue à d'autres régions (Poitou Charentes pour la Vendée, Bretagne pour la Loire Atlantique). " Il y avait la vérité, il y avait le mensonge, et si l'on s'accrochait à la vérité, même contre le monde entier, on n'était pas fou."
    Georges ORWELL.