Baccalauréat (Film)

Découvrir le nouveau player
488 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Une semaine avant les premières épreuves du Baccalauréat, cinq adolescents de filières et d’horizons différents décident d’un commun accord de travailler ensemble. Chacun a son jour, et chacun s’y épanoui individuellement. Aucun des cinq élèves ne pénétrera dans la salle de l’examen...

Dans ce moyen-métrage de 50 minutes, les stéréotypes des teen-movies ont pour une fois quelque chose à dire. Le dialogue est peu présent dans ce monde d’adolescents où la musique assourdissante bloque tout contact. On assiste terrifié au suicide d’une jeunesse qui « n’a pas de talent ». Au final, on ne se sent ni mieux, ni différent... Juste fatigué d’avoir espéré autre chose.
La vie ne s’arrête pas, pas encore, on continue, et on ne rembobine rien du tout.

Réalisé entre juin et décembre 2007 par les élèves du collège-lycée Buffon, ce second moyen-métrage a été projeté devant plus de 160 personnes le 30 janvier 2008 et a bénéficié d'un article dans le magazine d'actualité Marianne :

"Le titre pourrait passer pour une promesse: «Baccalauréat». Réalisé à Paris dans le cadre du lycée Buffon par Morgan Gicquel, un élève de terminale S (option cinéma), ce moyen-métrage de cinquante minutes raconte l'histoire de cinq élèves s'apprêtant à essuyer l'épreuve reine de la scolarité française.

Sans le savoir, Morgan Gicquel a parfaitement résumé dans son film - projeté au lycée le 30 janvier dernier, jour de ses 18 ans - les conclusions effarantes d'une batterie de rapports et d'études qui, chacun à sa façon, dressent ces temps-ci un tableau plutôt sombre des jeunes Français. Certains vont mal, très mal. Et, selon une enquête de la Fondation pour l'innovation politique, menée dans 17 pays industrialisés - «Les jeunesses face à leur avenir» -, ils sont, avec les Japonais, les plus pessimistes des 15-29 ans interrogés à travers le monde. Ils voient l'avenir en noir. C'est la grande déprime."

Le voici enfin sur internet dans une version remasterisé à partir des rushes d'origines.

0 commentaire