Advertising Console

    VERLAINE, Paul - Mon rêve familier.

    Reposter
    Gilles-Claude Thériault

    par Gilles-Claude Thériault

    41
    380 vues
    Une plongée du poète au plus profond de l’âme
    à la recherche d’une femme idéale :
    une mère, une sœur, une femme ?
    Souvenir ou rêve ?
    Une image ambiguë
    qui appartient au royaume des morts.

    Découverte de l’autre ou androgyne ?
    Au-delà de la dimension physique,
    fusion avec le double idéal du poète ?
    Ambivalence des symboles,
    comme dans le mythe de Tristan et Isolde,
    figures de l’amour impossible,
    là où même le rêve s’efface peu à peu ?

    Plainte aux sonorités étouffées.
    Confidence à mi-voix.
    Incantation.
    Envoûtement.
    Verlaine n’avait pas 22 ans.
    Déjà il annonce ce qu’il y a de plus musical
    et de plus subtil dans son œuvre.
    Verlaine nous berce.

    Ambiance musicale :
    extraits de Wagner-Schelling-Liszt - Prélude et Liebestod
    de Tristan et Isolde, enregistrés le 14 février 2007,
    http://www.denisplutalov.com/index.cfm?nextpage=downloads
    avec l’aimable autorisation du pianiste Denis Plutalov.
    http://www.denisplutalov.com/

    Illustration : Tristan et Isolde, le dernier baiser.