Advertising Console

    Congo-Brazzaville – Journal de l'année 2010/2011

    Repost
    929 vues
    Ces malades atteints de la polio doivent réapprendre les gestes les plus simples…
    Ils ont été touchés par l’épidémie qui s’est déclarée fin 2010 au sud est de la république du Congo, à Pointe Noire. 542 cas de polio dont 220 décès… Et un combat pour ceux qui survivent.

    C’est la première fois que MSF s’engage sur une épidémie de polio.
    A la demande du ministère de la santé, les médecins sont d’abord intervenus en soins intensifs où ils ont surtout pris en charge les symptômes de la polio, tels que la détresse respiratoire. Des soins de kinésithérapie sont ensuite essentiels pour limiter les rétractions musculaires et autres séquelles de la maladie.
    Au total, 140 patients ont été suivis dans le cadre du programme de kinésithérapie, qui s’est terminé fin mars. Depuis, les activités ont été transférées à Handicap international.
    Face à l’ampleur de cette épidémie, les autorités congolaises ont vacciné toute la population du pays, soit plus de 4 millions de personnes. Médecins sans frontières a participé à la campagne dans le département de la Likouala. Des équipes étaient déjà présentes dans cette région, qui accueille de nombreux réfugiés qui ont fui les violences en République démocratique du Congo voisine.
    Réfugiées le long du fleuve Oubangui, ces familles n’osent toujours pas rentrer chez elles, un an et demi après les violences qui les ont chassé de leur pays.
    En juin 2010, un accord entre les deux Congos et les Nations Unies prévoyaient leur retour en RDC a partir d’avril 2011. Mais la plupart des 115 000 réfugiés estiment toujours que leur sécurité n’est pas garantie…
    En attendant, MSF poursuit ses activités, dans l’hôpital de Bétou et lors de cliniques mobiles. Les médecins pratiquent chaque mois près de 10 000 consultations.