Christian Estrosi - En route vers la présidentielle (15/06/2011)

Radio Classique
209
70 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
A propos de la commande d’Air France et du protectionnisme américain
« [Toute] décision d’une grande société française ou en tout cas européenne, où la France est extrêmement présente, doit amener à favoriser d’abord les grandes industries françaises et ensuite la grande solidarité entre les grandes entreprises et les PME françaises (…). Nous avons à peser de tout notre poids pour qu’Air France entende raison face au protectionnisme américain (…).»

A propos du plan de fermeture de site de PSA
« PSA a toujours été d’une grande loyauté avec le gouvernement (…). PSA produit 43% de ses véhicules en France, ce qui n’est pas le cas de Renault (…). Je crois en la parole du Président [de PSA] Philippe Varin. Je n’accorderai pas forcément la même confiance à Carlos Ghosn (…). Aujourd’hui, je regrette qu’après l’épisode de l’espionnage industriel, qui pour moi, était un écran de fumée pour essayer de masquer un certain nombre de délocalisations, on ne soit pas allé plus loin en matière de certaines décisions à l’encontre de Renault. »

A propos de la campagne présidentielle
«Nous sommes dans une phase où il faut garder notre sang froid. Nous voyons un retour de la croissance, une reprise de l’emploi (…). Cette année sera encore une année utile (…). On fera la différence le moment venu (…). Nous sommes dans un monde à haut risque (…) et au moment où il faudra se poser la question : « qui est le mieux placé pour nous protéger ?», (…) je suis certain que même si la bataille sera serrée, elle sera au bénéfice du Président sortant.»

A propos de sa relation avec Nicolas Sarkozy
« Je ne suis pas un courtisan. Contrairement à beaucoup d’autres (...). Par contre je ne lui ferai jamais défaut, c’est un principe de loyauté. Sauf s’il emprunte des voies qui ne correspondent plus à nos valeurs que nous avons en partage (…). Ca ne se trahit pas ces valeurs là.»

0 commentaire