Advertising Console

    A Gravelines, Nicolas Sarkozy défend la filière nucléaire et annonce l'installation d'un terminal méthanier à Dunkerque

    Repost
    1 307 vues
    Un mois et demi après la catastrophe nucléaire de Fukushima, Nicolas Sarkozy était le mardi 3 mai 2011 à la centrale de Gravelines (Nord).
    Comme à Fukushima, la centrale de Gravelines est érigée en bord de mer, comme à Fukushima, elle compte six réacteurs. « Il était important d'être à vos côtés aujourd'hui, quand le nucléaire fait débat dans notre pays et pas quand tout va bien », a lancé le président de la République aux salariés réunis dans la cour, devant l'un des réacteurs. Auparavant, Nicolas Sarkozy avait visité le bâtiment de stockage du combustible, là même où se trouve la fameuse piscine de refroidissement, puis la salle des machines et la salle des commandes, points névralgiques de la centrale.
    Vidéo : Benjamin POTDEVIN

    Pas de moratoire

    Sous un soleil radieux, le président a alors réaffirmé sa confiance dans la filière nucléaire française et « dans le savoir-faire des agents d'EDF et des sous-traitants qui travaillent depuis des décennies pour assurer l'indépendance énergique et la compétitivité de la France.

    » Et aux « pseudo-experts » qui prônent un moratoire, Nicolas Sarkozy a rappelé avec conviction qu'il n'avait pas été élu « pour remettre en cause le nucléaire ».