Opération premier départ : pas de vacances pour l’égalité des chances

Découvrir le nouveau player
188 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Au-delà des photos souvenirs et des belles couleurs que l’on arbore à la rentrée des classes, les vacances sont aussi l’occasion pour les plus jeunes de quitter quelques jours durant leur cellule familiale et de découvrir de nouvelles activités, de nouveaux camarades, de nouveaux horizons. Il s’agit donc autant de divertissement que de découverte et d’initiation. D’ailleurs, quel adulte ne se souvient pas des vacances de ses tendres années ?

Afin qu’aucun enfant ne puisse être privé, pour des raisons économiques notamment, de cette expérience, l’opération « premier départ » a vu le jour il y a quinze ans. Comme son nom l’indique, cette initiative permet à des enfants de 6 à 14 ans qui ne sont jamais partis en vacances (un sur quatre d’après certaines études) de vivre leur premier départ. Chaque année, près de 2000 jeunes sont ainsi inscrits pour des séjours de 8 à 14 jours dans l’un des 50 centres de vacances midi-pyrénéens partenaires de l’opération.

Les familles versent une participation modeste quand elles le peuvent, ou sont supplées par les centres communaux d’action sociale. Dans un souci de mixité, chaque jeune bénéficiaire de l’opération rejoint un centre de vacances accueillant des enfants de toutes conditions. Une attention particulière est portée sur la qualité de l’encadrement, des activités et thématiques proposées (équitation, randonnée, VTT, canoë-kayak…). Le succès de cette initiative qui est le fruit d’un solide partenariat entre la Région Midi-Pyrénées et les 8 CAF départementales supportant la presque totalité du financement, s’appuie sur le concours de la SNCF pour le transport des enfants, et de l’UNAT Midi-Pyrénées, organisateur des séjours et coordinateur auprès des centres de vacances. Des liens ont également été noués avec le Secours Catholique et le Secours Populaire Français.

0 commentaire