Advertising Console

    Cheikh Anta Diop et les crises africaines

    Repost
    TéléLiberté

    par TéléLiberté

    129
    2 184 vues
    Conférence-débats sur "Cheikh Anta Diop et les crises actuelles en Afrique"
    Vendredi 4 mars 2011 à 18h30, au Centre National de Presse Norbert Zongo, Ouagadougou, Burkina Faso.

    Les crises de sous-développement sont monnaie courante en Afrique depuis 1960. En 50 ans près de 104 crises ont jalonné le continent Africain. Et ces crises ont été causes d’exode de populations, de pauvreté etc. Loin de considérer cette situation fatalement, comme irrémédiable, la génération cheikh Anta Diop estime que les choses peuvent et doivent changer. D’ailleurs, Cheikh Anta dans son écrit « les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral en Afrique noire » avait déjà prédit ces évènements et avait aussi posé les conditions de dépassement de ces crises ! La diffusion du film « cheikh Anta vous parle » permis au public de comprendre les solutions de cheikh Anta diop. D’abord, à travers l’explication scientifiques de l’origine négro-africaine de la civilisation égyptienne, il s’est attelé à décoloniser les mentalités africaines ! Tant que les africains ne seront pas mentalement décolonisés, les chances de changements seront minces ! Pour cela, il préconise la recherche de la connaissance directe ! Outre cette décolonisation des mentalités Africaines, cheikh Anta écrivait déjà en 1960 dans les fondements que pour asseoir ce développement, l’Afrique devra dépasser certaines limites notamment celle du contrôle de l’énergie ! Et que seule une fédération pourrait permettre de réaliser ce développement de l’Afrique ! Après la projection du film, la conférence débat fut ouverte par Monsieur Nébié Béteo, chercheur au CNRST, linguiste et égyptophile. L’un des invités, Monsieur Valère SOME n’a pas pu être présent. La modération de la soirée fut assurée par Osiris Issouf SAWADOGO. Sur le thème « Cheikh Anta Diop et les crises Africaines actuelles », le conférencier n’a pas voulu s’étendre
    suite du texte :
    http://www.cnpress-zongo.org/spip.php?article94