Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Musset "On ne saurait penser à tout"

il y a 7 ans548 views

Ce projet de monter conjointement "Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée" et "On ne saurait penser à tout", est né de mon intérêt ancien pour le théâtre de Musset et paradoxalement, pour Lorenzaccio. Avant de m’attaquer au monstre qu’est cette dernière pièce, j’ai eu le désir, plutôt que de passer par des pièces plus connues et d’un format plus classique comme "On ne badine pas avec l’amour" ou "Les caprices de Marianne", de m’intéresser à un pan délaissé et pourtant plein d’intérêt de son théâtre : les pièces en un acte.
Ces pièces, qui firent la fortune scénique de Musset (ce sont les seules jouées avec succès de son vivant), sont presque oubliées aujourd’hui, alors que leur forme est d’une radicalité étonnante et que leur propos n’est pas très différent de celui des « grandes » pièces. Le défi de ce spectacle est de faire redécouvrir un pan délaissé d’une œuvre qui est avec raison considérée comme révolutionnaire, et dont la radicalité, dans notre monde inquiétant d’aujourd’hui où chacun peine à trouver des repères, résonne avec une actualité déconcertante. (Frédérique Plain)
Texte : Alfred de Musset / Mise en scène : Frédérique Plain / Avec : Johan Daisme, Rodolphe Congé, Caroline Piette, Jean-Jacques Blanc, Jonathan Manzambi /
Scénographie et costumes : Delphine Sainte-Marie / Lumière : Eric Rossi / Son : Benjamin Furbacco / Chanson : Pascal Sangla.
Production : Espace des Arts, Scène nationale de Chalon-sur-Saône / Coproduction : L’alarme à l’œil – compagnie Frédérique Plain / Théâtre Nanterre Amandiers / Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.