Les immigrés : une perplexité française

Collège des Bernardins
218
232 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Conférence du lundi 31 janvier 2011

La France, qui se plaisait à vanter sa capacité à intégrer les étrangers, se met à douter face à ceux qui souhaitent conserver des aspects de leur culture d'origine. Les questions du voile et d'autres traditions musulmanes ont défrayé la chronique, mais d'autres minorités sont concernées. Le problème, posé partout en Europe, revêt en France une spécificité mise en évidence par Philippe d'Iribarne. D'une part, nous héritons du modèle de l'égalité républicaine de 1789, qui s'est affirmé avec l'instauration du suffrage universel et les lois contre les discriminations. D'autre part, la vie quotidienne est marquée par une attention aiguë à ce que chacun "est" et à la façon dont il se comporte, jugée selon des normes implicites dont le décryptage est difficile aux étrangers. Les immigrés sont comme les autres selon le premier modèle, mais ils ne sont pas d'ici selon le second modèle, et ils ne peuvent y arriver que s'ils cherchent leur place de manière persévérante et discrète, mais pas quand ils revendiquent leurs spécificités. Faut-il abandonner notre idéal d'assimilation et nous engager dans la voie d'une société multiculturelle, ou bien réinventer le modèle républicain en l'adaptant à notre époque ?

Avec : Philippe D’Iribarne, directeur de recherche au CNRS ; Claude Riveline, professeur de gestion à l’École des mines de Paris ; Louis Schweitzer, ancien président de la HALDE.

Débat animé par : Michel Berry, École de Paris du Management.

Article relié sur le blog des Bernardins : http://recherche.collegedesbernardins.fr/actu/les-immigres-une-perplexite-francaise/

0 commentaire