Francois Hollande et la dette publique ! Accablant !

Werner Malone
556
67 592 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Texte de l’article 123 du traité de Lisbonne « Il est interdit à la Banque Centrale Européenne (BCE) et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

En clair: les États de la zone euro ne peuvent plus créer leur monnaie, même pour raisons justifiées. Ils sont asservis. Ils l’empruntent dès le premier euro à des fonds de pension, des gestionnaires d’assurance vie ou de placement de valeurs monétaire, monnaie toujours créée à l’origine par les banques commerciales privées, rendues de ce fait souveraines. Une dette publique artificielle (en France, elle n’existait pas avant janvier 1973) apparaît. Aujourd’hui de 1600 milliards d’euros, elle enfle sans fin par le cumul des intérêts qu’il faut chaque année emprunter; plus de 1340 milliards d’euros depuis 1980. Les intérêts qui créent la plus grande partie de nos déficits publics diminuent nos capacités d’investissements. Les services publics sont progressivement asphyxiés et notre patrimoine collectif vendu à vil prix.

Si nous ne mettons pas un terme à cette confiscation de démocratie économique, nous rejoindrons les pays pauvres d’ici peu.

Visitez le site engagement2012.net
pour plus d'informations.

93 commentaires

@Nelly Dancer
Faux et archi-faux ! La dette publique française serait quasi nulle sans cette loi scélérate de janvier 1973 (et les suivantes) due au lobbying des banques qui en veulent toujours plus et qui ont su compter sur des politiques cyniques. Qui dit pas de dette dit pas de masse monétaire supplémentaire en plus donc pas d'inflation. Ce qui n'est pas le cas du système actuel; l'agrégat monétaire M1 de la zone euro augmentant de 10% chaque année ce qui est largement plus que la seule croissance...
Il existe pourtant uns solution radicale et à découvrir : le 100% monnaie !
Par bibounet01 il y a 2 ans
Intéressant mais il faut peut-être se rappeler pourquoi on a arrêté d'emprunter à notre banque centrale en 1973 : Si les emprunts auprès de la banque centrale étaient trop importants ou si la France ne les remboursait que partiellement, alors la création de monnaie s’apparentait à ce qu’on appelle communément la planche à billets. On imprime des billets sans valeur correspondante. Cette situation provoquait de l’inflation qui pénalisait d’une part les prêteurs (prêts de banque à taux fixes contre inflation) et d’autre part affaiblissait la France pour les échanges internationaux (inflation, produits plus chers donc moins compétitifs…). Donc si l'on avait gardé ce système sans entrer dans l'euro, nos produits auraient été plus chers, invendables, et nous n'aurions donc plus eu de recettes pour rembourser les emprunts de la banque centrale. Résultat : hausse des impôts et planche à billets, donc dévaluation de notre monnaie... donc pays pauvre
Par Nelly Dancer il y a 2 ans
on résoudra rien avec l'argent, on a pas besoin d'emprunté, on a qu'à rester banqueroute, on a pas besoin d'emprunter, ya pas que de branleurs en France, si bisounours joue au con on l'pendra, et si sarco passe sra tout de suite.
Par thomasm2k il y a 2 ans
mais quel chlag !
Par anon il y a 2 ans
@mail1234567890

ouep, c'est pour ça qu'ils l'ont neutralisé, reste que les soumis du système quoi qu'on en pense, ils sont moussé par les médias donc, pas besoin de faire un dessin, perso abstention, ça c'est clair.
Par sunabozu_e8905 il y a 2 ans
Voir plus de commentaires