Advertising Console

    Claude Dilain, Maire de Clichy-sous-Bois

    Reposter
    105 vues
    Invité du Magazine de l'Epra, Richard Senghor réagit à un extrait du reportage de Katia Scifo (Alternative FM, Persan) : Le Maire de Clichy-sous-Bois dénonce le manque de volonté politique concernant la politique de la ville. Les financements croisés, par exemple, ne sont plus permis. Le Département et la Région ne pourront plus financer un projet ensemble. "Il n'y a pas de véritable volonté de la part du gouvernement de prendre la question des banlieues à bras-le-corps". Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois, souhaiterait la création d'un observatoire français des inégalités territoriales si, bien entendu, des objectifs chiffrés étaient mis en place, avec des objectifs des évaluations des politiques menées. Il parle de cumul des difficultés. La question de l'éducation au sens large doit être revue. Il remarque le succès des dispositifs scolaires accueillant les élèves durant les vacances scolaires, dans des classes de quatre/cinq élèves. Le comportement de ces derniers changent, "leurs professeurs ne les reconnaissent pas, ils sont totalement différents lorsqu'ils sont dans des classes plus nombreuses". C'est pourquoi Claude Dilain ne comprend pas que cela ne se généralise pas tout au long de l'année. Il remarque également que la mobilité sociale en France est quasi impossible à l'heure actuelle, comme cela l'était il y a une vingtaine d'années. Par conséquent, "on n'a plus envie de faire d'effort. Il y a beaucoup de désespérance chez les jeunes, une certaine fatalité à la misère". Aujourd'hui, ce qui l'inquiète, c'est que ce ne sont plus les seuls jeunes qui sont en colère. Ce sentiment se retrouve chez les adultes qui vivent mal les discriminations à l'emploi, au logement, les galères dans les transports, etc. À bon entendeur...