Manifs - Polémique sur les casseurs

Découvrir le nouveau player
rikiai

par rikiai

926
122 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Polémique sur la présence de casseurs au sein même de la police, afin de proposer du sensationnel aux médias.
La police dénonce en bloc, mais les images et le témoignage de la personne qui intervient pour arrêter le briseur de vitrine sont accablants.

4 commentaires

(suite)
Plusieurs points lui « semblent bizarres » :
« Le « ninja » qui m’a frappé dans le dos ne m’a pas fait mal du tout, le coup n’était pas du tout fort. Après, plusieurs personnes se sont mises autour de moi et m’ont donné des coups pas violents du tout, quasiment des faux coups, jusqu’à qu’une voix autoritaire dise « Lâchez-le ». C’était l’homme au visage découvert, qui a ensuite parlé à ma femme et ma fille, qui avait la main en sang pour s’être pris une bouteille de bière lancée par un casseur. J’ai eu l’impression que les gens qui m’ont entouré m’ont en fait protégé pendant le moment violent. Mon hypothèse ? C’était des policiers qui avaient des consignes pour laisser faire des dégâts matériels, mais surtout pas de blessés. »
Par rikiai il y a 4 ans
Témoignage de cette personne qui est intervenue pour s’opposer au briseur de vitrine :
"Nous étions dans un café avec ma femme et ma fille après la manifestation. Quand j'ai entendu du bruit, je suis sorti et vu le cortège qui approchait avec des pétards et des fumigènes. J'ai vu un homme cagoulé commencer à détruire la vitrine. Je croyais qu'il était jeune et je n'ai pas réfléchi, je suis intervenu. Un lycéen ou un étudiant, même avec une barre de fer, ça ne me fait pas peur. Mais c'était un homme, dans la trentaine, et il a été sidéré de mon intervention."
Par rikiai il y a 4 ans
(suite)
D’autres « casseurs » ont tenté de calmer la situation. Un homme, la cinquantaine, très calme, habillé d’un imperméable gris, m’a prise de côté et m’a dit de me calmer. « C’est une erreur. » Non les flics n’étaient pas là, quoique. Qui était cet homme en gris ? Pas un anarchiste c’est sûr ! Il avait l’air d’encadrer le groupe. Un flic ? II y avait en tout cas une dizaine de photographes qui accompagnaient ce groupe. On me prend en photo. Je refuse. Je ne veux pas que mon image soit utilisée pour montrer que les manifestations ont «dégénéré». C’était organisé ! Comment la quarantaine de cars de CRS a pu ne pas croiser ces « casseurs » ? On les a laissés passer ! »
Par rikiai il y a 4 ans
Témoignage de la fille du « passant » :
« Nous étions assis mes parents et moi à la terrasse du café situé à quelques mètres de la banque. Nous avons vu une quarantaine de cars de CRS, police et autres forces de l’ordre remonter le boulevard Diderot. Puis quelques minutes après, une cinquantaine de personnes descendre le boulevard, alignés, étendards noir. En arrivant au niveau du Crédit Lyonnais, ils se sont mis à casser la vitrine. Mon père a tenté de s’interposer comme vous l’écrivez. (...) Comment ont-il pu passer ? Comment les CRS ne les ont-ils pas croisés ? Impossible ! Les « casseurs » descendaient la rue le champ libre. Toute la place pour eux. Plus un flic à l’horizon. Ils étaient pourtant loin de se cacher.
Par rikiai il y a 4 ans