Advertising Console

    Hommes d'hier et hommes d'aujourd'hui

    Reposter
    Mister Mayo

    par Mister Mayo

    248
    1 312 vues

    28 commentaires

    iphygenie80
    les hommes d'aujourd'hui sont devenus des êtres émasculés, sans personnalité, efféminés, laches incapable de protéger sa famille et de défendre ses intérêts.
    on voit les conséquences de cet affaiblissemnt chez les enfants qui sans autorité et sans repéres se retrouvent sans foi ni loi, à devenir délinquant, à boire, fumer, se droguer, avoir une sexualité précoce et chez les femmes qui deviennent aggressives et traitent les hommes comme des pantins.
    Par iphygenie80Il y a 4 ans
    sKud00
    sympa...
    Par sKud00Il y a 5 ans
    BADER49
    Par l'affranchissement des conditions limitatives de l'individualité vulgaire, et auxquelles sont enchaînés comme des esclaves la plupart des êtres humains (et dans notre société immanentiste du plaisir instantané plus que jamais), c'est par cet affranchissement que l'ascète rejoint l'origine de toute force, le principe de toute mouvement (mais qui n'y est pas engagé lui-même, comme le "moteur immobile" d'Aristote, ou l "activité non-agissante" dans la tradition extrême-orientale où celui-ci est l'attribut du principe actif et masculin, comme dans la tradition hindoue d'ailleurs). Mais le caractère centrifuge de l'âme humaine nécessite en proportion une force et une volonté plus ou moins "contre-nature" (et qui n'a donc rien à voir avec la sensibilité du faible) mais récompensées par une "Paix" que rien ne peut enlever lorsque le but est atteint (d'où l'extraordinaire endurance du Christ).
    Par BADER49Il y a 5 ans
    BADER49
    En tout cas cela n'a rien à voir avec une quelconque dépendance ou passivité à l'égard de complexe psychologique ou de circonstances externes, et en vérité cela implique au contraire une indifférence plus ou moins grande vis à vis de tout phénomène (et donc tout contenu "vital") qu'il soit psychique ou physique (ce qui logiquement peut s'avérer plus difficile, quoique pas impossible, pour l'individu à qui est destiné le rôle de porter la "vie", et chez qui prédomine l'élément psychique).
    Par BADER49Il y a 5 ans
    BADER49
    La passion relève, comme son étymologie l'indique, de la passivité ; l'action peut se révéler telle de l'extérieur mais n'être au fond qu'une simple ré-action, et servir de support à l'influence d'éléments hétérogènes. L'ascèse dans ce contexte, fait office d'autorité et de dépassement, puisqu'elle suggère l'action sans désir. Dépassement en terme objectif mais neutralisation sur le plan subjectif, car être objectif c'est un peu mourir. Mais d'une mort positive on pourrait dire ; notre vie est la mort des premiers et leur vie, notre mort (disait Héraclite d'Ephèse). Et ce n'est certainement pas sans raison si, dans toutes les traditions initiatiques, il est question de la "mort" comme préalable à une "renaissance" de nature supérieure. On parle aussi de "sacrifice", mais dans un sens moins limitatif puisqu'il est inclut dans la notion même de "rite". (qui vient du sanskrit "rita" qui signifie "ordre sacré" soit dit en passant).
    Par BADER49Il y a 5 ans
    Voir plus de commentaires