l'Invité Jacques Olivar (www.3declic.com)

Pierre Pérouse
1
786 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Des images monumentales s’installent dans toute la ville :
sur la Croisette à Cannes, la rue d’Antibes, la palmeraie, la roseraie du port Canto, avec une exposition de ses photographies en grand format.
Le Festival International de la Photographie de mode invite Jacques OLIVAR.

2010. Je suis né à Casablanca, je n’ai connu ni Michael Curtiz, ni Humphrey Bogart, ni Ingrid Bergman, mais j’ai respiré l’odeur épicée des souks.
J’ai écouté parler arabe et goûté de leur sagesse. J’ai dormi dans les grottes d’Aglou. J’ai fait l’école buissonnière pour retrouver la chaleur des plages dorées de la corniche casablancaise. Écouté des nuits entières, à la radio, les premiers accords de cette merveilleuse musique américaine, le rock, si nouvelle, si fulgurante. Elle semblait avoir parcouru des distances infinies dans la galaxie, relayée par les antennes des bases aériennes du nouveau monde stationnant au Maroc, et ceci à des millions d’années lumières avant d’envahir l’Europe. On m’a enfermé dans une école, j’ai fait le mur. J’avais 8 ans et on m’a repris. Je me suis sauvé à 9 ans, à 10 ans, à 11 ans, à onze ans et demi, à 12 ans. Puis mes parents sont morts et plus personne ne m’a jamais repris. De ma mère gitane et andalouse, j’ai hérité sa musique, et de mon père je n’ai rien hérité. Alors je me suis mis en route.

Pendant ce temps, Alfred Hitchcock tournait à Marrakech « L’homme qui en savait trop » faisant partie de ces chefs d’oeuvre en Technicolor qui m’ont tant inspiré. Icare m’a séduit en un éclair, mais ses ailes ont fondu au soleil. En chemin, j’ai rencontré Isabel et nous avons fugué encore une fois. En Crête, j’ai fait de la musique et traîné sur les plages au sable ocre, vécu dans des maisons au sommet des monts Olympe avec leur vue biblique, refait cent et une fois le monde avec mes pareils, vagabonds de l’arc-en-ciel. Et ni mon fils, ni ma femme, ni moi-même ne sommes jamais retournés à l’école : zone de formatage et de clonage universel. .....

JACQUES OLIVAR

0 commentaire