Advertising Console

    Les origines du Sida

    Reposter
    hopto

    par hopto

    783
    262 393 vues
    Les origines du Sida :

    Un documentaire exceptionnel.

    Le vaccin contre la polio est le premier vaccin à être fabriqué à partir de reins de singes. Comment le fabrique-t-on ? Quels

    sont les différents types de vaccins anti-polio ?

    Pour faire un vaccin, on commence par faire une culture à partir de reins de singes puis il faut :

    Prélever un morceau de tissu rénal et le diviser avec une paire de ciseaux.
    Laisser reposer cette suspension pour faire une monocouche de cellules.
    Ajouter le virus de la polio.
    Prélever ensuite le liquide de ces cultures.
    Filtrer pour enlever le reste des cellules. On obtient alors une suspension de virus. Soit on l’inactive avec du formol, soit

    on l’affaiblit par des passages successifs dans des cultures de cellules.

    Il existe deux types de vaccins :

    1) Le vaccin inactivé et injecté de Jonas Salk. Il contient des particules de virus de la polio qui ont été tuées dans du

    formol. L’immunité qu’il confère est temporaire et nécessite trois injections successives. Pour fabriquer son vaccin, Jonas Salk

    utilise des reins de macaques Rhésus. 2) Les vaccins vivants atténués de Albert Sabin et de Hilary Koprowski. Ils contiennent

    des particules de virus de la polio qui sont vivantes, mais affaiblies au cours d’un long processus où l’on passe le virus dans

    des cultures de cellules, jusqu’à ce que sa capacité à déclencher la maladie disparaisse. Ce vaccin est administré par la bouche

    et est efficace dès la première prise. Les notes de laboratoires d’Albert Sabin attestent qu’il utilisait des reins de macaques

    Rhésus ou de macaques synomolgus. Hilary Koprowski a « perdu » toute documentation permettant de prouver l’espèce de singe qu’il

    a utilisée. Il nie avoir utilisé des chimpanzés.

    La course au vaccin

    Dans les années 50, les Etats-Unis sont en guerre contre la polio, ce fléau qui attaque les enfants. C’est le début d’une course

    au vaccin entre les plus grands scientifiques : Jonas Salk, Albert Sabin et Hilary Koprowski. Chronologie.

    27 février 1950 : Hilary Koprowski est le premier à tester son prototype de vaccin oral, à base de virus vivant atténué, sur un

    enfant américain de Letchworth village. 12 avril 1955 : Le vaccin de Jonas Salk est homologué. C’est un vaccin qui utilise un

    virus inactivé, autrement dit « tué » et qui nécessite trois injections. Une campagne de vaccination de masse suit cette

    homologation aux Etats- Unis. 90 millions d’Américains seront vaccinés. 23 avril 1955 : Drame autour de la vaccination

    antipoliomyélite : 260 enfants ayant reçu le vaccin Salk tombent malades, onze d’entre eux meurent. Des lots de vaccins

    provenant des laboratoires Cutter (en Californie) étaient défectueux : ils contenaient encore du virus vivant. Mai 1955-1960 :

    Ce drame relance la course au vaccin entre Albert Sabin, au Children’s Hospital Research Foundation (Cincinnati), et Hilary

    Koprowski, d’abord au Laboratoire Lederle (Pearl River, État de New York) puis au Wistar Institute de Philadelphie. 1958-1959 :

    Albert Sabin teste son vaccin oral, à base de virus vivant atténué, sur 6 millions d’enfants en URSS. 1957-1960 : Hilary

    Koprowski teste son vaccin expérimental « CHAT » sur 1 million d’Africains du Congo belge. Novembre 1958 : Albert Sabin analyse

    le vaccin « CHAT » de Hilary Koprowski et découvre qu’il est instable et contaminé par un virus inconnu. Novembre 1958 : L’OMS

    désapprouve dans une lettre confidentielle les campagnes de vaccinations de masse menées par Hilary Koprowski au Congo belge.

    Printemps 1960 : Le vaccin oral d’Albert Sabin est homologué et utilisé dans le monde entier pour les campagnes de vaccinations

    de masse.

    Durant l’été 1955, Hilary Koprowski et Ghislain Courtois, virologue et directeur du laboratoire médical de Stanleyville (Congo

    belge), se rencontrent lors d’un colloque au Kenya et décident de créer un camp d’élevage de chimpanzés pour faire

    officiellement des recherches sur l’hépatite et la polio. Chronologie.

    Hilary Koprowski et le Congo belge

    1er mai 1956 : Le projet aboutit : ouverture du Camp Lindi, situé en retrait de Stanleyville. Ghislain Courtois en est le

    directeur. Janvier 1957 : Plus de 200 chimpanzés sont déjà arrivés au Camp Lindi. Février 1957 : Ghislain Courtois reçoit Hilary

    Koprowski pour la première fois au Camp Lindi. Ils immortalisent cette visite par une photo « officielle » devant la pancarte du

    camp. Mars 1957 : Premières vaccinations de 4228 personnes avec le vaccin oral expérimental « CHAT » de Hilary Koprowski à

    Stanleyville. 1er mai 1957 : Hilary Koprowski quitte les laboratoires Lederle à Pearl River dans l’État de New York (Etats-Unis)

    avec son vaccin oral expérimental « CHAT ». Il devient directeur du Wistar Institute à Philadelphie. 1er octobre 1957 :

    Inauguration en présence de Hilary Koprowski, Ghislain Courtois et toute l’équipe des médecins belges du nouveau laboratoire

    médical de Stanleyville (Congo belge). Ce laboratoire est immense et possède la technologie de pointe de l’époque. 26 décembre

    1957 : Deux ans et demi après l’ouverture du camp, Gilbert Rollais, le chasseur officiel du camp et son équipe de Pygmées

    ramènent le 401e chimpanzé au Camp Lindi. 1er février 1958 : Fritz Deinhardt, spécialiste en cultures de tissus au Children’s

    Hospital de Philadelphie arrive à Stanleyville pour, officiellement, faire des recherches sur l’hépatite. Du 24 février au 10

    avril 1958 : En l’espace de six semaines, 215 504 personnes sont vaccinées avec le vaccin « CHAT 10A11 » dans la vallée de la

    Ruzizi, frontière entre le Congo belge, le Rwanda et le Burundi. Novembre 1958 : L’OMS désapprouve les campagnes de vaccinations

    de masse menées par Hilary Koprowski au Congo belge. 1959 : Dans le cadre de leurs recherches, Joseph Vandepitte et Arno

    Motulsky font le tour du Congo belge et collectent 2000 échantillons de sang humain. En 1985, le chercheur André Nahmias

    découvrira que l’un de ces échantillons est positif au VIH... Juin 1960 : Indépendance du Congo belge. La situation politique

    entraîne la fermeture du Camp Lindi dans lequel il reste 50 chimpanzés. Au total, un million de personnes ont reçu le vaccin

    expérimental

    Science sans conscience ?