Advertising Console

    ASSE: Rocheteau en humble conseiller

    Reposter
    4 829 vues
    Face à une inhabituelle nuée de journalistes, l'ange vert a annoncé aujourd'hui vouloir s'appuyer sur le centre de formation pour redonner ses lettres de noblesses à l'ASSE. Selon lui, le glorieux passé de Saint-Etienne n'est pas un fardeau à porter mais une force.
    C'est une véritable forêt de caméras et de photographes qui attendait Dominique Rocheteau cet après-midi au siège du club stéphanois. L'ange vert a annoncé sa démission du poste de président du comité national d'éthique de la FFF avant d'évoquer longuement la Coupe du monde sur laquelle il a pris exemple.
    Le nouveau vice-président du Conseil de surveillance de l'ASSE n'a fait aucune révélation sur le plan sportif mais a délivré un message fort aux joueurs et supporters: il veut d'abord "amener des valeurs" (et notamment d'humilité) et s'inspirer de ce qui existe notamment en Espagne sur le plan de la formation. Parallèlement, il a expliqué que l'ASSE a besoin d'anciens joueurs pour apporter de l'expérience à l'image de ce que certaines formations ont démontré durant le Mondial.
    Contrairement aux critiques qu'il a souvent entendues, il estime que le glorieux passé de Saint-Etienne n'est pas un fardeau à porter mais une véritable force pour l'avenir du club.
    Présents à cette conférence de presse, Christophe Galtier, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer n'ont pas fait de révélations fracassantes quant au mercato. Bernard Caïazzo a déploré que le "tsunami" généré par l'attitude des Bleus en Coupe du monde ait remis en question les négociations de l'ASSE (autour de 20 millions d'euros) avec le fond d'investissement Global Emerging Markets. Des négociations "pas arrêtées mais refroidies" comme l'a expliqué le président du Conseil de surveillance.
    Dans ce climat financier incertain, Christophe Galtier a quant à lui convenu que le club devait être malin à défaut d'avoir les moyens des grands clubs.