Advertising Console

    JuriHand: L'utilisation de l'assurance-vie dans le handicap

    Reposter
    Handi.tv

    par Handi.tv

    61
    123 vues
    D'autres vidéos disponibles sur : http://www.handi.tv/jurihand.php

    Le moyen le plus répandu pour une personne qui veut économiser sur du long terme et transmettre le solde de ses économies à qui elle souhaite, qu’elle soit atteinte ou non d’une infirmité, est le contrat d'assurance-vie. Mais le handicap va justifier l’existence d’utilisations différentes, ou la mise en place d’un contrat particulier.
    Dans le contrat de chaque parent, c’est la rédaction de la clause bénéficiaire qui ouvre la possibilité de donner du patrimoine financier au conjoint puis, tout autant, à l’enfant handicapé et à ses frères et soeurs.
    Pour la personne qui sait qu’un jour elle entrera complètement dans le handicap, c’est l’existence même de ce contrat qui lui permettra d’économiser pour cette période, puis de transmettre à qui elle souhaite.
    Pour la personne handicapée, le législateur a créé le contrat « épargne handicap », si elle justifie d’être atteinte d'un handicap, l'empêchant d'exercer une activité professionnelle dans des conditions normales de rentabilité. La carte qui motive une invalidité à 80 % n’est donc pas obligatoire.
    Ce dernier à des avantages particuliers :
    -- il déclenche une réduction d'impôt de 381,25 euros, pendant 6 ans, pour un versement minimum de 1525 €. Cela augmente donc très largement les 4 % atteint en moyenne actuellement par ce type de contrat.
    -- il supporte des cotisations sociales inférieures de 10 % aux contrats des valides et sont exonérés de cotisations sociales au décès du souscripteur (celui qui ouvre le contrat, souvent les parents donc leur enfant percevra une somme significativement plus importante).
    -- ET SURTOUT les économies qu'il contient n'ont pas d'incidence sur le montant de pratiquement toutes les aides et sur la participation aux frais d'hébergement.
    C’est donc l’outil idéal pour des compléments de revenu au moment où du fait de la retraite de la personne handicapée, les aides s’arrêtent.