Sarkozy et le libéralisme

Découvrir le nouveau player
latelelibre
1,1K
18 351 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Tiens, voici un joli plan-séquence, tourné par Henry Marquis. C’est une interview de Rachid Kaci, ce week-end à Marseille. C’est un membre de l’UMP, mais plutôt rebelle à la sarkomania ambiante. Je connais Rachid depuis des années. Ses parents sont kabyle, il a grandi dans la Cité Jardins de Suresnes, dans les Hauts de Seine (92). Quand je l’ai rencontré dans les années 80, il se battait pour la reconnaissance des jeunes en banlieue, à l’époque plutôt avec des associations de gauche. Depuis, il est passé à droite, un peu par hasard. Il a travaillé avec Pasqua, puis avec Madelin. C’est aujourd’hui un « libéral » : moins de place à l’Etat, plus de facilité à l’entreprise, moins d’impôt. Ceux qui pensent comme lui sont très nombreux en France, mais ils ne se montrent plus depuis quelques temps dans notre pays. Comme s’ils se cachaient, depuis le Non au referendum. Libéral, c’est comme un gros mot chez nous. Sarkozy aussi est un libéral, même s’il brouille souvent les cartes en prônant l’intervention de l’Etat quand ça l’arrange. Voici donc la parole de Kaci, Président du courant « la Droite Libre » au sein de l’UMP. Un des derniers membres du parti de Sarkozy qui ose encore s'opposer publiquement au chef. Et pour cause, il se présente à l’investiture pour la présidentielle de 2007. C'est vrai, sa candidature lui permet d'exister, se faire un peu de pub, mais aussi pour défendre ses idées libérales, donc. Dans la foulée, je croise Nicolas Sarkozy… Et j'embraye.

Les commentaires ont été désactivés pour cette vidéo.