Advertising Console

    Sylvia Pinel interroge le gouvernement sur la crise agricole

    Repost
    Parti Radical de Gauche

    par Parti Radical de Gauche

    61
    336 vues
    « Face à la détresse du secteur, le monde agricole a besoin de régulation » Sylvia Pinel

    Lors de la séance de question au gouvernement, Sylvia Pinel, Députée de Tarn-et-Garonne, a interpellé le gouvernement sur, « la grande détresse dans laquelle se trouve le monde agricole ».

    « Les agriculteurs voient leurs revenus baisser dangereusement, sont écrasés par les dettes et les aides accordées en fin d’année dernière sont aujourd’hui sacrifiées sur l’autel de l’austérité. »

    En effet, lors de son discours sur l’agriculture à Poligny, en octobre dernier, N. Sarkozy avait promis un vaste plan d’aides à un secteur gravement touché par la baisse des prix. Or nous apprenons aujourd’hui qu’une partie de ses aides ne sera pas versée du fait de la politique de rigueur initiée par le gouvernement.

    En outre, l’ « accord de modération », signé lundi, sous l’égide de l’Elysée, sur la répartition des marges entre grandes surfaces, intermédiaires et agriculteurs relève de l’opération de communication, aucun mécanisme de coercition ne permettant de les faire respecter. Dans ce contexte Sylvia Pinel ajoute avoir « la certitude que ces pratiques perdureront »

    Parallèlement à l’écran de fumée que constitue cette annonce, le Sénat débat actuellement du Projet de loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (PLMA). Ce texte « vient soit trop tard si l’on considère l’ancienneté des problèmes, soit trop tôt au regard de la renégociation de la PAC. » à l’horizon 2013. De plus, S. Pinel dénonce la faiblesse d’un projet qui « se situe dans le domaine de l’incantatoire, de l’intention, sans réelle vision prospective. On prévoit la contractualisation [des prix], sans véritablement donner les moyens de la rendre totalement effective. »

    Dans une économie mondiale dérégulée, « de quelles garanties disposeront nos agriculteurs face à l’insécurité de leurs revenus ? »