Le Grand Raid - Episode 24 - La Paz (Bolivie)

Découvrir le nouveau player
LeGrandRaid
13
718 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Des mines de Casapalca, au Pérou, à La Paz, capitale de la Bolivie, mais aussi la capitale la plus haute du monde (3700 m), les “raiders” ont emprunté la route sinueuse et dangereuse des Andes qui les a conduits au bord du célèbre lac Titicaca. Avec la Bolivie, c'est la découverte du pays le plus pauvre de l'Amérique du Sud, un pays meurtri jusqu'en 1982 par la dictature militaire et qui ne réussit pas à sortir du cercle vicieux de l'endettement... Aux côtés des jurés permanents, l'invité est Philippe Bouvard. Les films proposés cette semaine:

- Suisse (SSR): Racam au pays des Incas
- Monaco (TMC): Sarita l’espoir
- France (A2): Altiplano

- Belgique (RTL): Mort dans les Andes
- Canada (SRC): Chercheur de paradis

Mille six cents kilomètres de Guayaquil à Lima. En Équateur, des contrôles à chaque kilomètre. Passeports, permis de conduire, vérifications de véhicules. La moyenne horaire en chute libre. Le Raid s'enlise au poste frontière péruvien. Lima est loin. Des listes de matériel à vérifier, des visas à tamponner, des numéros à ratifier. Et puis la route qui s'ouvre à toute allure, avec des trous et des fissures qui font sursauter la voiture.

Puis le désert comme le monde au premier jour. Dunes à l'infini, et le Pacifique, vert, bleu et gris. Lima: 6 millions d'habitants. Le tiers de la population péruvienne. Des milliers d'”ambulantes” (vendeurs clandestins) descendus des Andes pour chercher du travail. Rêves et désillusions. Chômage, vols, crise économique. 200% d'inflation: changeurs de dollars, marchés parallèles, marchés aux voleurs. Et les mines comme au Moyen Age et les visages ravinés par l'altitude. Le train le plus haut du monde et nos voitures à 5000 mètres, au milieu des lamas et des ponchos. Pérou inaccessible comme un rêve, au bout de notre objectif, rayé de couleurs et de chansons. Un condor passe. Six mois de “Raid”. Vertige de l'altitude, ou du monde à peine digéré?

0 commentaire