Advertising Console

    Prosper et George au théâtre La Bruyère

    Repost
    Miren Pradier

    par Miren Pradier

    0
    828 vues
    En avril 1833, il y eut une courte idylle entre Prosper Mérimée et George Sand. Aux dires de chacun, elle n'aurait été qu'un feu de paille. La romancière d'Indiana prétendit : "J'ai eu Mérimée, ce n'est pas grand chose". De son côté, l'auteur du Théâtre de Clara Gazul qualifia sa partenaire de "femme débauchée à froid, par curiosité plus que par tempérament". Bref, un fiasco avoué de part et d'autre.
    Avoué de part et d'autre, curieux, non ? Se vante-t-on de ses échecs amoureux ? Et pourquoi George Sand relance-t-elle sans vergogne Prosper quelques mois plus tard ? Tout cela sent un peu trop fort son parfum romantique.
    Il m'a semblé que ces deux êtres avaient vécu une folle passion et, les jours lucides succédant aux nuits d'ivresse, s'étaient repris, comme si de rien n'était, gardant secret un moment intime.
    J'ai fini par croire cette vérité plutôt que celle qu'ils se sont évertués à nous servir, soucieux chacun de leur postérité.
    Qu'ils me pardonnent si je les ai démasqués.